QUELQUES FUSEES ALLEMANDES

English version


Fusée Dopp Z 92 avec ogive, observée à Massiges
Caractéristiques des fusées Allemandes

FUSEES PERCUTANTES
Fusée percutante Gr Z c/80, Gr Z c/82 et Gr Z c/82 Kp
Fusée percutante Gr Z 92
Fusée percutante Gr Z 96 04
Fusée percutante Gr Z 04 et Gr Z 04/14
Fusée percutante Gr Z 14 et Gr Z 14 n/A
Fusée percutante KZ 14, Fb, KZ 14 Vorst, KZ 14 mV, et KZ 14 n/A
Fusée percutante HZ 14, HZ 14 Fb, HZ 14 Vorst et HZ 14 Vorst Fliehb
Fusée percutante LKZ 16
Fusée percutante instantanée EKZ 16
Fusée percutante instantanée EKZ 16 c
Fusée percutante KZ 16 f10cmK
Fusée percutante HZ 16
Fusée percutante instantanée EHZ 16
Fusée percutante instantanée EKZ 17
Fusée percutante instantanée EHZ 17
Fusée percutante instantanée Gr Z 17
Fusée Aufschlagzünder mV pour obus anti-char

FUSEES FUSANTES ET A DOUBLE EFFET
Fusée fusante Schr Z c/84
Fusée fusante Dopp Z c/86
Fusée à double effet Dopp Z 91
Fusée à double effet Dopp Z 92
Fusée à double effet Dopp Z 92 n/F
Fusée à double effet Dopp Z 96 et Dopp Z 96 n/A
Fusée à double effet Dopp Z 98
Fusée à quadruple, triple ou double effet HZ 05, HZ 05 Gt et HZ 05 Schr
Fusée à triple effet KZ 11 et KZ 11 Gr
Fusée longue à double effet LKZ 11 Gr
Fusée à double effet Dopp Z 15
Fusée à double effet Dopp Z S/43

FUSEES DE CULOT
Fusée de culot Bd Z 06
Fusée de culot Bd Z 10

FUSEES DE MORTIERS DE TRANCHEES
Fusée de minenwerfer ZsWM
Fusée de minenwerfer ZmWM et ZsumWM
Fusée de minenwerfer IWMZdr
Fusée de minenwerfer IWMZdr2

RETOUR AU MENU PRECEDENT




Caractéristiques des fusées allemandes

Fusée Percutante HZ 14

Toutes les puissances industrielles et militaires européennes connaissent dans la seconde moitié du XIXe siècle un très rapide développement des techniques d'artillerie, qui inclut les munitions et leurs fusées. L'Allemagne, avec ses arsenaux d'état et ses ténors de l'industrie Krupp, Rheinmetall, Gruson, etc..., fait partie des leaders de ce mouvement.

Ainsi, les munitions que tirent les canons Allemands pendant la guerre Franco-Allemande de 1870 sont équipées de fusées plus modernes que celles des armées Françaises, fait qui participera aux multiples avantages technologiques contributeurs de l'écrasante victoire. Les Français en tireront les leçons et se mirent au travail dès la fin du conflit pour moderniser grandement leurs propres dispositifs.

Les fusées Allemandes de 1914 sont les héritières de cette évolution, et de certains choix initiaux. Parmi ceux-ci, celui des systèmes fusants à disques rotatifs existait déjà en 1870 (fusée fusante 'Richter' mise au point en 1865) et ne sera jamais abandonné. Au cours de la guerre, les expériences de combat et les restrictions économiques amèneront l'armée Allemande à développer de nouveaux types de fusées, dans des matériaux de moins en moins nobles.

La gamme des fusées d'artillerie allemandes de la Grande Guerre présente plusieurs caractéristiques spécifiques :

Les marquages des fusées Allemandes étaient complexes et le plus souvent poinçonnés dans le corps de la fusée. Ils reprenaient généralement sous des abrévations diverses les principes de fonctionnement ou les utilisations prévues :

p>Cette codification était généralement accompagnée de deux chiffres qui indiquaient l'année de conception - voire de révision - du modèle, et éventuellement des indications specifiques au type d'obus, à une option interne, etc....

Enfin ces marquages donnaient le plus souvent des informations relatives à la fabrication de la pièce, dont le nom de l'arsenal ou de l'atelier qui l'avait produite, des marques de contrôle, de lot, etc. Voir à ce sujet la page spéciale de ce site sur les 'Marquages de fabrique des fusées Allemandes'


Les fusées présentées en photo pour illustrer cette rubrique sont inertes et ont été observées dans des musées ou des collections privées. Elles ne sont pas issues de fouilles et n'ont pas été manipulées.

Retour en haut de page


Fusées percutantes


Fusée Gr Z c/80, c/82 et c/82 Kp
Fusée percutante de 22.5 mm, sans retard, modèle 1880 ou 1882 pour obus explosif

La fusée percutante Gr Z c/80 marque une rupture dans la techniques des fusées percutantes Allemandes, dont les mécanismes d'armement étaient jusqu'alors assurés par de lourdes goupilles transversales éjectées par force cenrifuge à la sortie du tube, comme pour la célèbre fusée percutante Modèle 1873. Elle conservait toutefois le principe de fonctionnement par inertie (masselotte porte rugueux et amorce fixe) bien implantée dans ce pays.

La fusée Gr Z c/80 fonctionnait sur un principe comparable à celui de la 'fusée Française Budin Mle 1875'. En effet, pour assurer la sécurité de la fusée Gr Z c/80, la pointe du rugueux était au repos masquée dans une masselotte interne escamotable, qui s'armait par inertie au départ du coup. Il faut toutefois noter qu'aucun ressort de sécurité ne venait empêcher le systême de fonctionner en plein vol, après armement.

Dans une version plus évoluée, nommée la Gr Z c/82, cette fusée se vit adjoindre une sécurité additionnelle, le bouchon de tête s'enfonçant par inertie dans le corps de la fusée au départ du coup, amenant seulement à cet instant l'amorce en position susceptible de rencontrer le rugueux mobile.

Cette fusée était dédiée aux obus percutants ('Gr' = Granate - Obus explosif) ou incendiaires de fort calibre des
  • Obusiers lourds de campagne 15cm sFH, 15cm sFH02, 15cm sFH13, 15cm sFH13 L/17
  • Obusiers lourds de côte 15cm sFH Kst
  • Canons frettés ('RingKanone') 15cm RK et 15cm lRK
  • Mortiers de 210mm sous tourelle 21cm TH
Lorsqu'elles étaient utilisées avec les obus explosifs, ces fusées étaient associées à une gaine relais 'Z dlg 88' séparée (charge inconnue).

Une variante, la Gr Z c/82 (Kp) possédait un ressort de sécurité et une masselotte de forme différente. Elle ne se distinguait extérieurement que par la présence d'un couvre tête en acier.

Les systèmes percutants de ces fusées seront utilisés pour les premières fusées Allemandes à double effet Dopp Z c/85 dont le mécanisme percutant et concutant amovible nommé DoppZdSchr c/85 ('DoppelZünderSchraube') était inséré dans le système fusant à plateau juste avant le tir.


Fusées GrZ c/82 et GrZ c/80. La différence entre les deux fusées est bien visible, avec la bague de sécurité additionnelle pour la modèle 82
Fusées GrZ c/82 et GrZ c/80. Une autre différence notable, mais juste cosmétique, réside dans le dessin du bouchon de tête
Fusées GrZ c/82 et GrZ c/80. Vue arrière avec le canal de communication de la flamme.
Fusée GrZ c/80. Vue latérale de cette fusée obsolète. Photos par Luc Malchair
Fusée GrZ c/82. Vue latérale de cette fusée obsolète.
Fusée GrZ c/82. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée Gr Z 92
Fusée percutante de 45 mm, sans retard, modèle 1892 pour obus explosif

Entièrement réalisée en laiton, de fonctionnement purement percutant et sans retard, cette fusée reproduisait quasi à l'identique les systèmes concutants et percutants de la fusée 'Dopp Z 92' de la même génération et qui sera utilisé dans toutes les fusées à double effet Allemandes jusqu'en 1905.

Comme cette dernière, la fusée Gr Z 92 était sécurisée par une goupille à deux branches à retirer avant le tir. Celle-ci libérait les mouvements du système concutant à percussion, dont le massif porte-amorce coulissant reculait par inertie au moment du départ de l'obus dans le tube et venait heurter un rugueux fixe protégé par une capsule ressort en forme de tulipe (parfois aussi décrite comme une couronne) qui s'écrasait sous la pression de la masselotte, enflammant un gros grain de poudre noire.

La combustion de ce grain libérait les mouvements du système percutant à inertie principal situé dans la queue.

Au moment de l'impact, la douille porte-amorce était projetée sur un rugueux fixe monté sur un pont traversant la douille. La flamme de l'amorce était émise à la base de la queue de la fusée par un orifice, et mettait à feu la charge-relais.

Cette fusée était dédiée aux obus percutants ('Gr' = Granate - Obus explosif) ou à gaz de fort calibre des :
  • Obusiers lourds de campagne 15cm sFH, 15cm sFH02, 15cm sFH13 et 15cm sFH13/L17
  • Mortiers de 21cm Br Mrs. (en bronze), 21cm Mrs. (M1902), 21cm Mrs. (M1910) et 21cm Lg.Mrs. (M1916)
Elle était associée à une gaine relais 'Z.dlg.92' vissée à la fusée et contenant 20g d'acide picrique.


Fusée GrZ 92. Bel exemplaire observé dans la Somme. Le marquage est encore bien visible (Gr Z 92 - RM 16 - 140)
Fusée GrZ 92. Vue d'arrière - poinçonnage 'B'
Fusée GrZ 92. Vue du dessus.
Fusée GrZ 92. Montée sur un raccord fileté. Marquages 'Gr Z 92 - Kr 17 - 7'. 'Kr' signifie 'Krupp'.
Fusée GrZ 92. Le capuchon de tête a disparu et laisse voir le porte rugueux du système concuteur. Sur le côté, vue sur les deux trous de la goupille de sécurité, et évent ouvert
Fusée GrZ 92. Un autre exemplaire, marquages 'Gr Z 92 - (lion) 17 - 73'. L'identification du constructeur associé à ce symbole animal est inconnue.
Fusée GrZ 92. Un autre exemplaire. Marquages 'Gr Z 92 - AEG 17 - 19'. Photo par Luc Malchair.
Fusée GrZ 92. Détail d'une ouverture latérale de fonction inconnue
Fusée GrZ 92. Fusée GrZ 92. Détail montrant l'orifice d'échappement des gaz de combustion du grain de poudre de sécurité, enflammé au départ. Orifice encore fermé par la feuille de laiton d'origine
Fusée GrZ 92. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée Gr Z 96/04
Fusée-détonateur percutante de 45 mm, double effet avec retard ou sans retard, modèle 1896/04 pour obus explosif

Fusée en laiton avec une chemise en acier et gaine-relais vissée en acier, dérivée d'une fusée plus ancienne Gr Z 96.

La fusée Gr Z 96/04 était une fusée à percussion avec retard optionnel, basée sur deux systèmes parallèles à percussion par inertie localisés dans la queue. Ces deux appareils percutants étaient identiques, du type douille mobile porte-amorce et pont fixe porte-rugueux, à l'exception de la présence d'un grain de poudre faisant retard dans le canal de communication de la flamme du système percutant à retard vers le détonateur. Le fonctionnement était sélectionnable par rotation d'un boisseau détournant la flamme vers le ou les systèmes adéquats et commandé par un robinet en tête. Selon le bseoin, il était commuté sur 'oV' (Ohne Verzögerung - sans retard - laisse les deux systèmes percutants actifs) ou sur 'mV' (mit Verzögerung - avec retard - désactive le système percutant sans retard).

Le système concutant, sécurisé au repos par une goupille à deux branches, était du type masselotte porte-amorce centrale, rugeux protégé par ressort-tulipe et grain de poudre de calage des systèmes percutants, de principe inspiré de celui de la fusée 'Dopp Z 92'. Dans ce cas précis, le système concutant commandait la combustion de deux grains de poudre, soit un par système percutant, qui libéraient chacun les mouvements d'une tige de calage bloquant les douilles mobiles porte-amorce.

Une caractéristique intéressante de cette fusée résidait dans la sécurité additionnelle du détonateur, dérivé de celui de la fusée Gr Z 96. Au repos, son amorce se trouvait placée au centre d'une chambre de détente dans laquelle elle pouvait exploser sans mettre le feu à la charge-relais. Par contre, au moment du tir ses mouvements étaient libérés par la combustion d'un grain de poudre libérant une tige de calage l'action d'un ressort comprimé venait placer ce détonateur en face de fenètres qui communiquaient directement avec la gaine.

Cette fusée était dédiée aux obus explosifs ('Gr' = Granate - Obus explosif) de fort calibre des
  • Obusiers lourds de campagne 15cm sFH, 15cm sFH02, 15cm sFH13 et 15cm sFH13/L17
  • Canons longs Lg 15cm K
  • Canons frettés ('RingKanone') 15cm RK et lg 15cm RK
  • Mortiers de 21cm Br Mrs. (en bronze), 21cm Mrs. (M1902) et 21cm Mrs. (M1910)
  • Mortiers sous tourelle de 21cm TH
Pour l'emploi avec ces obus explosifs, un impressionant détonateur de 100 gr. d'acide picrique (dénomination inconnue) était vissé à la queue de la fusée Gr Z 96/04 '.


Fusée GrZ 96/04. Forme caractéristique avec coiffe entièrement en laiton. Marquages 'J 10 - B 4720'.
Vue latérale d'une fusée GrZ 96/04 conservant une partie de sa queue. Marquages 'Sb 09 - D 9???', fabriquée à Strasbourg en 1909.
Fusée GrZ 96/04 observée en Champagne. Marquages 'Sb 10 - O 8979', fabriquée à Strasbourg en 1910.
Fusée GrZ 96/04. Encore solidaire d'un fragment de l'obus explosif de fort calibre qu'elle équipait. L'épaisseur des parois (> 25 mm) évoque du calibre 210 mm ! L'ogive conserve des traces de vernis rouge-brun.
Fusée GrZ 96/04. Vue du dessus, avec robinet de réglage du retard et orifices des deux systèmes percutants (avec et sans retard) et du système d'armement à tige et grain de poudre. Marquages : J.10 - B8772. La lettre 'J' signifie que cet exemplaire a été fabriqué à l'arsenal de Ingolstadt en 1909
Fusée GrZ 96/04. Détail du robinet de réglage du retard 'm.V./o.V.' : cet obus a été tiré en position 'o.V.' (sans retard)'. Voir les traces de peinture rouge dans les indications de réglage de retard
Fusée GrZ 96/04. Schéma d'époque
Fusée GrZ 96/04. Vue latérale montrant particulièrement bien le tube de laiton qui abritait le détonateur et menait à la chambre de détente (disparue).
Fusée GrZ 96/04. Vue sur le tube en laiton du système de sécurité du détonateur, sectionné au niveau des fenètres de communication avec la gaine.
Fusée GrZ 96. Schéma d'époque avec la sécurité du détonateur (chambre de détente) qui équipait aussi la Gr Z 96/04.
Fusée GrZ 96/04. Vue du dessous



Retour en haut de page

Fusée Gr Z 04 et Gr Z 04/14
Fusée-détonateur percutante de 45 mm, double effet avec retard ou sans retard, Modèle 1904 initial et modification 1914, pour obus explosif

Fusée en laiton ou en alliage de zinc, avec tete et gaine en acier. La GR Z 04 était une évolution de la fusée Gr Z 96/04, disposant comme celle-ci :
  • d'un retard optionnel (approximativement 1 seconde) sélectionnable et basé sur deux systèmes percutants identiques de type douille porte-amorce mobile et pont transversal fixe porte-rugueux, l'un communiquant vers le détonateur directement, l'autre par l'intermédiaire d'un retard par grain de poudre,
  • du système concutant axial du type masselotte porte-amorce centrale, rugeux protégé par ressort-tulipe et grain de poudre de calage des systèmes percutants, de principe inspiré de celui de la fusée 'Dopp Z 92', et sécurisé par une goupille de sécurité à deux branches,
  • d'une évolution de la sécurité additionnelle du détonateur par masquage au repos dans une chambre de détente, mais à amorce fixe et charge relais mobile.
La différence majeure avec son prédécesseur résidait dans la méthode de sélection du retard, non plus mécaniquement par boisseau et robinet, mais pyrotechniquement par rotation d'un disque tournant ressemblant aux disques des systèmes fusants à plateau, mais ne portant que les graduations 'O/V' (Ohne Verzögerung - sans retard - laisse les deux systèmes percutants actifs) et 'm.V.' (mit Verzögerung - avec retard - désactive le système percutant sans retard). Selon la position de l'anneau de poudre du disque, la flamme du concuteur était seulement communiquée au grain de poudre bloquant la tige de calage du percuteur du système à retard ('m.V.), ou aux deux grains de poudre bloquant les tiges de calage des deux systèmes avec et sans retard ('o.V.').

La fusée Gr Z 04 fut abondamment utilisée. Elle était montée sur les obus explosifs, explosifs à fausse ogive, fumigènes et à gaz des :
  • canons de 10cm K, 10cm K97, 10cm K04 et 10cm K14
  • canons de 10cm KISL, 10cm TK et 10cm TK Verst
  • canons de 13cm K09
  • canons de 15cm KISL
  • canons de Lg 15cm K et de 15cm K16
  • canons frettés ('RingKanone') 15cm RK et lg 15cm RK
  • obusiers lourds de campagne 15cm sFH, 15cm sFH02, 15cm sFH13 et 15cm sFH13/L17
  • obusiers Russes capturés de de 6 pouces Mle 1904 (6-zôll.Russ Lg.K.M/04)
  • obusiers Russes de 8 pouces Mle 1877 (8-Zôll.Russ.leichtek.C/77)
  • canons Belges capturés de 15 cm Mle 1886 et 1890
  • mortiers de 21cm Br Mrs. (en bronze), 21cm Mrs (M1902), 21cm Mrs (M1910) et 21cm Lg Mrs (1916)
  • obusiers Belges capturés de 21 cm Mle 1889
Accompagnée en série d'une gaine vissée de 90 gr. d'acide picrique, dont 10 grammes dans la charge relais mobile du système de sécurité.

Deux variantes sont connues :
  • la Gr Z 04 pour obus à gaz comportait une bague en acier sertie sur la queue de section réduite, et enduite de ciment magnésien (Oxychloride de magnésium) pour assurer une bonne étanchéité. Elle était marqué d'une croix sur la coiffe.
  • la Gr Z 04/14 produite en 1914, modèle hybride fabriqué à partir du mécanisme de la Gr Z 04, mais équipée de la gaine de la fusée 'Gr Z 14' (sans système d'armement).


Fusée Gr Z 04. Marquages 'Gr Z 04 Sp15'
Fusée Gr Z 04. Modèle portant l'inscription 'Gr Z 04 Sp15 - z9694 - O/V - M/V - ZE - 45 - 12 - 83 - 20 - 28 - C - ABC - 82
Fusée Gr Z 04. Autre modèle, avec inscriptions 'Gr Z 04 Sp15 - E3177 - O/V - M/V - 48 - 18 - 99 - 17 - B70 - 81'. Voir l'étranglement au niveau du pas de vis, causé par la pression de l'explosion
Fusée Gr Z 04. Une autre pièce, dont il ne reste que le dessus, avec les inscriptions 'Gr Z 04 - O - D.W.F. 17 - 286 - O/V - M/V'.
Fusée Gr Z 04. Une autre pièce abimée, avec inscriptions 'Gr Z 04 - O - carré dans cercle - 17 - 141 - O/V - M/V'
Fusée Gr Z 04. Vue du dessous montrant les orifices des deux systèmes percutants, celui du piston du système d'armement, et celui du détonateur
Fusée Gr Z 04. cet exemplaire est encore monté sur un reste d'ogive de 21 cm (marquée 'GFSb'); markings 'Gr Z 04 Sb 13 - D 4248 - O/V - M/V
Fusée Gr Z 04 montée sur une tête d'ogive de 210 mm. Zoom montrant les trous pour la goupille de sécurité
Fusée Gr Z 04/14. Tous les marquages de cet exemplaire ont disparu, mais il s'agit de toute évidence dune Gr Z 04/14, de par l'absence du trou de piston de sécurité d'armement du détonateur à la base (comparer avec laes photos ci-dessus)
Fusée Gr Z 04. Schéma d'époque
Fusée Gr Z 04. Vue de dessus, avec la goupille de sécurité. Marquages 'Gr Z 04 Sp15 - J2985'
Fusée Gr Z 04. Compléte avec son impressionante charge-relais de 90g d'acide picrique
Fusée Gr Z 04. Vue de la base
Fusée Gr Z 04. Partie supérieure démontée pour montrer l'organisation des disques de sélection du retard.



Retour en haut de page

Fusée Gr Z 14 et Gr Z 14 n/A
Fusée-détonateur percutante de 45 mm, sans retard, Modèle 1914 et 1914 modifiée, pour obus explosif

De forme assez semblable à la fusée Gr Z 04 et souvent confondue avec celle-ci, la fusée Gr Z 14 est pourtant un dispositif organisé de manière fort différente.

Cette fusée est en effet le modèle percutant dédié aux obus de l'artillerie lourde, issu de la nouvelle génération des fusées Allemandes de 1914, dont la technologie développée pour la fusée 'KZ 11' était également utilisée dans la fusée 'KZ 14' pour les canons de campagne, et la fusée 'HZ 14' pour les obusiers de campagne.

La Gr Z 14 était fabriquée en laiton avec une tete et une gaine en acier, et un pas de vis de 45mm. Comme les fusées de la meme génération, elle était basée sur un système concutant à deux composants (porte amorce mobile inertiel et grain de poudre bloquant la tige de calage du système percuteur), et un système percutant (porte-amorce mobile axial et rugueux fixe, avec ressort de sécurité et bloqué par tige de calage). D'organisation interne différente, il ne s'agissait fonctionnellement quasiment que d'une simplification de la Gr Z 04, puisqu'elle ne comportait pas de retard ni de sécuriré de la gaine-relais. Elle était équipée d'une goupille de sécurité à une branche pour le concuteur.

Cette fusée fut utilisée avec de très nombreux projectiles durant le conflit. Elle équipa ainsi les obus explosifs, incendiaires et à gaz (croix verte, jaune et bleue) des
  • canons de 9cm K 73/88
  • canons Français capturés de 95 mm Mle 1888
  • canons de 10cm K97, 10cm K04 et 10cm K14
  • canons lourds s 12cm K
  • canons Français capturés de 120 mm Mle 1878
  • obusiers Russes de 48 lignes Mle 1904 et 1909 (Russ.48 linen Feld Haubitzer M/04 und M/09)
  • canons de 13cm K09
  • canons de Lg 15cm K et 15cm K L/30
  • canons frettés ('RingKanone') 15cm RK et lg 15cm RK
  • obusiers lourds de campagne 15cm sFH, 15cm sFH02, 15cm sFH13 et 15cm sFH13/L17
  • obusiers Russes capturés de de 6 pouces Mle 1909 (Russ 6-Zôll. S.f.H.M/09)
  • canons belges capturés de 15 cm Mle 1886 et 1890
Cette fusée était munie d'un détonateur de 63 gr. d'acide picrique.

Plusieurs variantes sont connues :
  • Certaines fusées étaient marquées 'G Gr Z 14' ou 'Kz Gr Z 14' apparemment en référence à la taille du détonateur associé ('G' - Grosser pour le plus grand, et 'K' - Kurzer pour le plus court)
  • Une version modifiée (Gr Z 14 'n/A') ajoutait une sécurité centrifuge au système le percutant
  • la Gr Z 14 n/A pour obus à gaz comportait une bague en acier sertie sur la queue de section réduite, et enduite de ciment magnésien (Oxychloride de magnésium) pour assurer une bonne étanchéité. Elle était marqué d'une croix sur la coiffe.


Fusée Kz Gr Z 14
Fusée Gr Z 14 n/A. Montée sur ogive de calibre approximatif 110 mm. Observé à Verdun. Inscriptions quasi effacées 'Gr Z 14 n/A * (étoile) - DT 17'
Fusée Gr Z 14. Exemplaire en mauvais état. Marquages 'Gr Z 14 - DWE 15'
Fusée Gr Z 14 n/A. Un autre exemplaire fort abimé, mais au marquage bien visible : 'Gr Z 14 n/A (étoile) - T.T.G.17.
Fusée Gr Z 14. Autre pièce avec marquages 'Gr Z 14 (étoile) - 100 - Dr - 15'
Fusée Gr Z 14. Un autre exemplaire, marquage : 'Kz Gr Z 14 -22 - ll - 15
Fusée Gr Z 14. Encore une autre pièce, marquage 'Kz Gr Z 14 (étoile) - N15 - 85 - E.u.Co'
Fusée Kz Gr Z 14. Cet exemplaire, observé en Champagne, est en bonne condition. Marquage : 'Kz Gr Z 14 - 73 TKD 15 (étoile)'
Fusée Kz Gr Z 14. Vue du dessous du même exemplaire
Fusée Gr Z 14. Vue du dessous montrant l'orifice communicant la flamme au détonateur
Fusée Gr Z 14. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée KZ 14, KZ 14 Fb, KZ 14 Vorst, KZ 14 mV, et KZ 14 n/A
Fusée-détonateur percutante de 55 mm, sans retard, Modèle 1914, pour canon de campagne

La fusée sophistiquée 'KZ 11' de l'obus universel Allemand, apparue en 1911, introduit à la fois un nouveau système concutant à deux composants (porte amorce mobile inertiel et grain de poudre bloquant la tige de calage du système percuteur), et un nouveau système percutant (porte-amorce mobile axial et rugueux fixe, avec ressort de sécurité et bloqué par tige de calage) qui seront utilisés par nombre de fusées Allemandes.

La fusée percutante KZ 14 utilisait ces deux systèmes sans l'appareil fusant de la KZ11, sans aucun système additionnel de sécurité. Simple et économique, elle devint la fusée percutante standard de l'obus explosif ou à gaz du canon de campagne de 7.7cm FK 96 n/A en 1914. Elle est donc encore observable en grandes quantités sur les anciens champs de bataille mais dans des états de corrosion très variables en fonction du matériau dont elle est faite.

En effet, si les premières productions étaient intégralement réalisées en laiton, la raréfaction des métaux nobles du fait du blocus allié de l'Allemagne fit peu à peu utiliser des matériaux plus courants tels que le zinc, l'aluminium ou l'acier. De nombreuses combinaisons de ces différents matériaux utilisées pour le corps ou la tete de la fusée ont existé. Il semble que ces matériaux aient parfois été signalés dans le marquage de la fusée (KZ 14 Z, KZ 14 Zi, KZ 14 Zp, KZ 14 Zw ou KZ 14 nA Zl).

Equipée d'origine d'une gaine relais sertie de 20 à 22 grammes d'acide picrique, elle équipait les obus explosifs et à gaz (croix verte) des
  • canons de campagne 7.7cm FK 96 n/A et 7.7cm FK 16
  • canons Russes d'infanterie (canon de montagne de 3 pouces Mle 1909) capturés (Infanterie Geschutz Russ 3-zöll Gebirgsk M/09)

4 variantes furent développées sur base de la KZ 14 originale qui était sujette à des éclatements prématurés dans le tube :
  • KZ 14 Fb intégrant une sécurité centrifuge additionnelle pour le système percutant
  • KZ 14 Vorst avec une goupille de sécurité à une branche pour le système concuteur
  • KZ 14 mV avec retard
  • KZ 14 n/A comprenant des modifications internes mineures (grain de poudre dans porte-grain, et tige de calage sans ressort). Elle est reconnaissable par une tête plus pointue.
Ces variantes sont difficilement discernables sur les modèles trouvés sur le terrain, en l'absence de marquage


Fusée KZ 14. Photo par Luc Malchair
Fusée KZ 14. Modèle en aluminium et acier. Porte sur la coiffe en acier les inscriptions : 'KZ14 o - R Stock & Co 15'. Sur le corps en aluminium : '36'.
Fusée KZ 14. Modèle en laiton et acier. Porte sur le corps en laiton l'inscription '271'
Fusée KZ 14. Modèle en alliage de zinc et acier. Pas d'inscriptions visibles
Fusée KZ 14. Modèle peu corrodé en alliage de zinc et acier. Porte sur le corps en alliage de zinc l'inscription '513'
Fusée KZ 14. Ce modèle est entièrement en laiton. Observé sur la Somme. Marquages 'HZ 14 - (Siemens Martin) 15 - 202'
Fusée KZ 14 en laiton, vue de face
Fusée KZ 14. Base en aluminium, tête en laiton. Marquage 'HZ 14 - ??? 15'
Fusée KZ 14 en laiton, marquages 'HZ 14 0 - SWN 15 - 381'
Fusée KZ 14. Plusieurs types de fusées de matériaux variés, trouvées sur différents champs de bataille
Fusée KZ 14. Schéma d'époque
Fusées KZ 14 et KZ 14 n/A. A gauche, fusée de type KZ14 n/A, reconnaissable à soa tête plus pointue
Fusée KZ 14 n/A. Exemplaire entièrement en alliage de zinc, forme typique avec sa coiffe plus pointue
Fusée KZ 14 n/A. Une croix est gravée au sommet de la coiffe



Retour en haut de page

Fusée HZ 14, HZ 14 Fb, HZ14 Vorst et HZ 14 Vorst Fliehb
Fusée-détonateur percutante de 57,5mm, sans retard, pour obusier léger

Issue de la génération des fusées de 1914 basées sur la technologie développée pour la fusée 'KZ 11' de l'obus universel comme la fusée percutante 'KZ 14' du canon de campagne , la fusée HZ 14 était le modèle initialement dédié aux obusiers de campagne, mais utilisé ensuite avec nombre d'autres canons et obusiers. Comme ses consoeurs, elle possédait le système concutant à deux composants (porte amorce mobile inertiel et grain de poudre bloquant la tige de calage du système percuteur), et le système percutant (porte-amorce mobile axial et rugueux fixe, avec ressort de sécurité et bloque par tige de calage) classiques en 1914.

Son poids impressionne encore lorsqu'on peut en tenir un modèle tout en laiton en mains, et l'on imagine sans peine comme elle devait etre à elle seule un projectile redoutable lorsqu'elle était projetée après l'explosion de son obus !

Entièrement en laiton au début de la guerre, elle fut ensuite réalisée dans différents matériaux (acier, laiton ou alliage de zinc) pour économiser les alliages de cuivre rendus rares par le blocus allié.

Elle équipait les obus explosifs ou à gaz (croix verte) des
  • canons de 9cm K 73/88
  • canons de 10cm K, 10cm K 97, 10cm K 04, et 10cm K 14
  • canons de 10cm KISL, 10cm TK, 10cm TK (verst), et Kz 10cm TK
  • obusiers légers de campagne 10cm lFH 98/09, 10cm lFH 16 et 10cm lFH Kp
  • canons lourds s 12cm K
La fusée HZ 14 était munie d'origine d'une gaine relais sertie 55 gr. d'acide picrique.

Trois versions suivirent le modèle de base (HZ 14, introduit en 1914) qui était trop souvent sujet à éclatements prématurés dans l'âme de l'obusier :
  • HZ 14 Fliehb. (Fb.) intégrant une sécurité centrifuge additionnelle pour le système percutant,
  • HZ 14 Vorst avec goupille de sécurité à une branche du système concutant,
  • HZ 14 Vorst Fliehb. avec goupille de sécurité à une branche du système concutant et sécurité centrifuge du système percutant.



Fusée HZ 14 Vorst.
Fusée HZ 14 entièrement en laiton. Modèle initial. Marquages 'HZ 14 - AEG 15 - 665'.
Fusée HZ 14. Photo par Luc Malchair. Marquages 'HZ14 - AEG 15'
Fusée HZ 14 vorst. Bel exemplaire entièrement en laiton. Inscriptions 'HZ 14 Sp15 - 864'. C'est une 'vorst' (voir gorge pour la goupille', mais son marquange ne le dit pas.
Fusée HZ 14 vorst. Celle-ci a souffert de l'impact (imaginez l'énergie nécessaire !). Inscriptions 'HZ 14 o Sp15 - 820'
Fusée HZ 14 Fliehb. Ce modèle est celui équipé d'une sécurité centrifuge. Inscriptions 'HZ 14 Flehb. O - SWN 15'
Fusée HZ 14. Vue arrière avec évent pour communication de la flamme au détonateur (disparu)
Fusée HZ 14. De gauche à droite: HZ 14, HZ 14 Vorst., HZ14 Fliehb., HZ 14 Vorst. Fliehb. Tous ces exemplaires ont été observés en Champagne.
Fusée HZ 14. Ce modèle, observé en Champagne, est le 'Vorst' équipé d'une goupille de sécurité. Marquage : 'HZ 14 Vorst. O - SWN 16'. Modèle fabriqué en 1916 et doté d'une coiffe en acier pour économiser le laiton
Fusée HZ 14 Fb. Schéma d'époque
Fusée HZ 14. Reconstitution moderne par Pascal CASANOVA (voir la section Fusées 3D de ce site pour d'autres de ses remarquables réalisations)
Fusée HZ 14 vorst. Superbe vue transparente par Pascal CASANOVA (voir la section Fusées 3D de ce site pour d'autres de ses remarquables réalisations)
Fusée HZ 14 démontée, montrant particulièrement bien sous la coiffe les deux cylindres du système d'armement par grain de poudre (concuteur inertiel et tige de calage). Photo de Evo7125



Retour en haut de page

Fusée LKZ 16 (variantes m.V. ou o.V.)
Fusée-détonateur percutante de 55mm, longue sans retard, modèle 1916 pour canon de campagne
Fusée-détonateur percutante de 55mm, longue avec retard, modèle 1916 pour canon de campagne

En 1916 naquit une nouvelle lignée de fusées à percussion, initiée par la KZ 16 m.V., fusée percutante avec retard destinée au canon léger de campagne 7.7cm FK96 n/A. Ce premier modèle fut rapidement abandonné et remplacé par la LKZ 16 dont l'organisation interne était identique, mais à tête allongée pour un meilleur pouvoir pénétrant et aérodynamique.

La fusée LKZ 16 s'observe assez couramment sur les anciens champs de bataille. Elle est d'apparence très simple, puisque la partie visible de l'ogive est juste un cône en acier ou alliage de zinc. Il s'agit en fait d'une coiffe en acier qui recouvre le dispositif percutant en aluminium et laiton.

Le système percutant était un simple et pur mécanisme inertiel avec une masselotte mobile porte-amorce et un rugueux fixe protégé par un ressort de sureté.

Le mécanisme de la fusée était doté d'un double système de sécurité basé sur la force centrifuge :
  • une sécurite du système percutant - deux goupilles à ressort pouvant s'écarter sous l'action de la rotation de l'obus bloquaient le porte amorce du système percutant au repos,
  • une sécurité du détonateur - un verrou pouvant coulisser horizontalement sous l'effet de cette même force empéchait la flamme du détonateur du systême percutant d'atteindre le détonateur au repos, et plaçait au contraire une petite charge-relais d'acide picrique en série lorsqu'il était armé.
, Lorsque ce verrou comportait un petit retard de poudre noire entre l'amorce du système percutant et le détonateur, il s'agissait d'un modèle avec retard ('LKZ 16 m.V.'). Dans le cas contraire, il s'agissait un modèle sans retard ('LKZ 16 o.V.'ou plus simplement 'LKZ 16').

Equipée d'un détonateur de 23 gr. d'acide picrique, cette fusée équipait les projectiles explosifs des :
  • canons de 7.7cm FK 96 n/A et 7.7cm FK 16
  • canons d'infanterie (de montagne russe mod 1909) de 3 pouces (Infanterie Geschutz Russ 3-zöll Gebirgsk M/09)


Fusée LKZ16.
Fusée LKZ16. Ogive conique en acier, fissurée par le choc de l'impact
Fusée LKZ16. Un exemplaire brisé montrant bien le logement pour le mécanisme en laiton de la fusée
Fusée LKZ16. Un autre exemplaire, un nettoyage prudent fait apparaître les stries d'usinage... et des traces de marquage
Fusée LKZ16. Marquages déchiffrables 'LKZ16 - 8 1(?)- L(?) 8'. Sur certains exemplaires on peut lire 'o.V.' ou 'm.V.'
Fusée LKZ16. Cette coiffe a été brisée par l'impact et laisse apparaître la gaine en aluminium du mécanisme interne
Fusée LKZ16. Une vus arrière du mécanisme de la fusée, encore présent.
Fusée LKZ16. Vestiges du mécanisme en laiton de la fusée
Fusée LKZ16. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée EKZ 16
Fusée-détonateur instantanée de 55mm, modèle 1916 pour canon de campagne

Quoiqu'assez ressemblante, en première vue, à la fusée LKZ 16 par son acpect ogival très dépouillé, cette fusée est cependant bien différente. La EKZ 16 est en effet un modèle à simple effet instantané ('Empfindlicher Kanone Zunder'), dont l'explosion devait se produire avant que l'obus ne pénètre dans le sol, au tout premier contact de la cible. Ce type de fonctionnement était désiré pour maximiser les effets de surface (anti-personnel ou anti-barbelés) des obus explosifs, ou pour équiper les obus à gaz.

Pour arriver à ce résultat, la coiffe en acier ou alliage de zinc était traversée dans son axe par une tige mobile pleine en alliage d'aluminium ou creuse en acier et munie d'un rugueux à sa base. Elle dépassait du sommet de la fusée d'environ 2cm. Lorsque l'obus atteignait la cible, l'extrémité de la tige la touchait quelques instants avant l'obus lui-même, et elle était refoulée en arrière. Ce mouvement comprimait le ressort de sécurité et propulsait violemment le rugueux contre la masselotte porte amorce située dessous.

Comme pour la LKZ 16, le système de sécurité de la fusée était double et actionné par la force centrifuge, incluant :
  • une sécurite du système instantané - deux goupilles à ressort pouvant s'écarter sous l'action de la rotation de l'obus bloquant la tige de refoulement au repos,
  • une sécurité du détonateur - un verrou pouvant coulisser horizontalement sous l'effet de cette même force séparait le dispositif percutant de la charge relais. Il était lui-même sécurisé par un systême centrifuge à deux verrous.

La fusée était livrée aux batteries avec la tige séparée et une capsule de plomb obturant le trou, pour un assemblage au dernier moment. Une boucle reliée à la capsule en plomb était munie d'une étiquette portant l'inscription suivante « Draht mit Platte abreissen, Stecklift einstossen, so weit ungefärbt Sonst Blingänger» ("Enfoncer l'allonge de percuteur sur toute la longueur peinte sinon l'obus ratera").

Avec un détonateur de 23 gr. d'acide picrique, la fusée EKZ16 équipait les projectiles explosifs et les obus à gaz (croix bleue) des
  • canons de 7.7cm FK 96 n/A et 7.7cm FK 16


Fusée EKZ16.
Fusée EKZ16. Ogive conique en acier, et trou d'extrémité pour la tige
Fusée EKZ16. zoom sur le marquage 'EKZ 16'.
Fusée EKZ16. A première vue, difficile de dire s'il s'agit d'une EKZ 16 ou 17
Fusée EKZ16. Vue du dessous qui ne trompe pas, le cône est évidé pour loger le mécanisme (disparu), c'est une EKZ 16
Fusée EKZ16. Exemplaires observés près de Auberives, en Champagne, encore munis de leur tige percuteur
Fusée EKZ16. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée EKZ 16 c
Fusée-détonateur instantanée de 55mm, modèle 1916 c pour canon de campagne

La fusée EKZ 16 c était une variante allongée de la fusée instantanée EKZ 16, munie de la même tige de percuteur en aluminium plein ou acier creux, et de fonctionnement analogue. Il s'agissait également d'une fusée à simple effet instantané.



La fusée EKZ 16 c possédait aussi les systèmes de sécurité adéquats :
  • une sécurite du système instantané similaire à celle de la EKZ 16 - deux goupilles à ressort pouvant s'écarter sous l'action de la rotation de l'obus bloquant la tige de refoulement au repos, et un ressort empéchant la tige de reculer en vol sous l'action du vent,
  • une sécurité du détonateur similaire à celle de la LKZ 16 - un verrou pouvant coulisser horizontalement sous l'effet de cette même force empéchait la flamme du détonateur du systême percutant d'atteindre le détonateur au repos, et plaçait au contraire une petite charge-relais d'acide picrique en série lorsqu'il était armé.

Le cone était fait en alliage de zinc, et le écanisme intérieur en acier et alliage de zinc. Avec un détonateur de 23 gr. d'acide picrique, elle équipait les projectiles explosifs des
  • canons de 7.7cm FK 16


Fusée EKZ16c.
Fusée EKZ16c. Vue générale, pas de marquages visibles sur cet exemplaire en alliage de zinc fort corrodé
Fusée EKZ16c. Zoom sur le logement de la tige de percussion (disparue)
Fusée EKZ16c. Vue arrière montrant le mécanisme interne. Noter l'orifice central qui séparait la fusée du détonateur et pouvait être masqué par le verrou de sécurité centrifuge
Fusée EKZ16c. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée KZ 16 f10cm K
Fusée-détonateur percutante et instantanée de 57.5mm, à double effet modèle 1916 pour canons de 10cm

La KZ 16 f10cm K était une fusée percutante instantanée, équipée d'une longue tige de percuteur protégée au repos par une coiffe en acier vissée.

Son organisation interne était très similaire à celle de la fuséeEKZ 16 c, et il s'agissait donc également d'une fusée à effet mixte : percussion et refoulement.

Tout comme celle-ci, la fusée KZ 16 f10cm K possédait trois systèmes de sécurité centrifuge : un système à verrous centrifuges pour la tige, un autre pour la masselotte mobile du système percutant, et un tiroir mobile à verrous centrifuges pour la sécurité du détonateur.

Cette fusée équipait les projectiles explosifs des
  • canons de 10cm K 97, 10cm K 04, 10cm K 14 et 10cm K 17
  • canons sous affut à bouclier 10cm K.I.S.L.
  • canons ous tourelle 10cm T.K. et 10cm T.K. verst.
  • canons courts sous tourelle Kz 10cm T.K./li>
La fusée KZ 16 f10cm K, en acier, alliage de zinc et aluminium, était semble-t-il utilisée indifféremment de la fusée HZ14 vorst, pour les calibres mentionnés ci-dessus.

Charge du détonateur : 70 grammes d'acide picrique.


Fusée KZ 16 f10cm K.
Fusée KZ 16 f10cm K. Observée en Champagne, la tête en acier est bien conservée, alors que l'anneau de base et le corps, en alliage de zinc et aluminium, ont quasiment disparu.
Fusée KZ16f10cmK. Vision du dessus, avec le cylindre à pas de vis dans lequel était logée la tige du percuteur (disparue).
Fusée KZ 16 f10cm K. Vue du dessous, remarquer à la base l'encoche dans laquelle coulisse le tiroir de sécurité du détonateur.
Fusée KZ16f10cmK. Vue de côté.
Fusée KZ 16 f10cm K. Vue de côté, des inscrptions sont difficilement visibles sur l'anneau de base en alliage d'aluminium ou de zinc.
Fusée KZ 16 f10cm K. Schéma d'époque.



Retour en haut de page

Fusée HZ 16
Fusée percutante de 57.5mm modèle 1916, à double effet avec ou sans retard, pour obusier léger

La fusée percutante HZ 16, à retard optionnel, est typique des fusées de la seconde moitié du conflit, par le choix de ses matériaux moins nobles : la tête et la gaine sont en acier, le mécanisme et le corps sont en alliage de zinc.

Le mécanisme percutant classique situé sous la coiffe en acier (rugueux fixe protégé par un ressort de sécurité, masselotte mobile porte-amorce bloquée au repos par un système d'armement centrifuge composé de deux goupilles diamétralement opposées) était similaire à celui de la fusée LKZ 16.

Il communiquait par deux canaux parallèles à l'arrière de la fusée. L'un des deux canaux était muni d'un retard par grain de poudre noire. Un robinet de réglage externe permettait d'obturer le canal non retardé si on voulait faire fonctionner la fusée avec retard (position 'm.V.').

La fusée HZ 16 était dotée d'une sécurité du détonateur comparable à celle de la fusée LKZ 16, entre la sortie des canaux de communication de la flamme et le détonateur. Elle était composée d'un tiroir coulissant dans une encoche sous l'action de la force centrifuge : bloqué au repos par deux goupilles centrifuges à ressort, il obturait le canal de communication entre la tête de la fusée et le détonateur. Sous l'action de la rotation de l'obus, il se déplaçait et venait mettre dans l'axe une canal explosif.

Cette fusée équipait les projectiles à gaz et explosifs des
  • obusiers légers de campagne de 10cm lFH 98/09, 10cm lFH 16 et 10cm lFH Kp
La fusée HZ 16 était équipée d'un détonateur de 58 gr d'acide picrique.


Fusée HZ16.
Fusée HZ16. Observée en Champagne, remarquer le bon état de conservation de la tête en acier, et la quasi-disparition de l'anneau de base en alliage de zinc.
Fusée HZ16. Autre pièce. L'anneau de base en alliage de zinc n'est pas trop corrodé et l'on peut encore lire le marquage.
Fusée HZ16. Deux exemplaires côte à côte. La tête de celui de gauche est déformée par le choc de l'explosion. Remarquer à la base les encoches dans lesquelles coulissent les tiroirs de sécurité des détonateurs.
Fusée HZ16. Vue arrière, avec le canal excentré de communication du feu au détonateur.
Fusée HZ16. Un autre exemplaire en meilleure condition (coiffe en acier non déformée, anneau de base toujours présent), mais si corrodée que les marquages ne sont pas déchiffrables.
Fusée HZ16. Vue de dessous du même exemplaire
Fusée HZ16. Zoom sur le robinet de réglage du retard .
Fusée HZ16. Schéma d'époque.



Retour en haut de page

Fusée EHZ 16
Fusée instantanee et percutante de 57.5mm Mle 1916, à triple effet avec retard ou sans retard, obusier de campagne

Un simple regard sur les plans d'époque des deux modèles démontre que la fusée EHZ 16 est une fusée HZ 16 à laquelle a été ajouté un dispositif instantané par refoulement de tige. Il s'agit donc d'une fusée percutante à triple effet puisqu'elle conserve les deux modes de fonctionnement percutants avec ou sans retard de la fusée originale, en plus du fonctionnement instantané supplémentaire.

Pour réaliser cette transformation, la coiffe en acier a été percée en son axe, afin qu'une tige puisse y être insérée. Elle pouvait venir se reposer sur un porte tige interne à la base duquel était fixé le rugueux maintenant mobile. Les systèmes de sécurité de la HZ 16 ont été conservés (sécurité par verrou centrifuge associée à la masselotte mobile porte amorce du système percutant, et sécurité centrifuge du détonateur par tiroir coulissant, mais une légère modification du dispositif percutant permet à sa sécurité centrifuge de fonctionner également comme sécurité de la tige du système instantané.

La fusée était livrée aux batteries avec la tige séparée et une capsule de plomb obturant le trou. Une boucle reliée à la capsule en plomb était munie d'une étiquette portant l'inscription suivante « Draht mit Platte abreissen, Stecklift einstossen, so weit ungefärbt Sonst Blingänger» ("Enfoncer l'allonge de percuteur sur toute la longueur peinte sinon l'obus ratera").

La tige n'était mise en place qu'au moment du tir, et seulement si l'on désirait un fonctionnement instantané. En l'absence de cette tige, la EHZ 16 se comportait exactement comme une HZ 16 percutante avec ou sans retard en fonction de la position du robinet de réglage externe.

La fusée EHZ 16 équipait les obus a gaz et les obus explosifs des :
  • obusiers légers de campagne de 10cm lFH 98/09, 10cm lFH 16 et 10cm lFH Kp
La fusée HZ 16 était équipée d'un détonateur de 58 gr d'acide picrique.


Fusée EHZ16.
Fusée EHZ16. Images gracieusement pretees par Serge AMAND. Remarquer les similitudes de forme avec la fusee HZ16, et le tiroir de sécurité à la base
Fusée EHZ16. Vision du dessous, en tous points similaires avec la HZ16. Collection Serge AMAND
Fusée EHZ16. Marquages 'HZ 16 Zc Elster & Co'
Fusée EHZ16. La tige de precussion semble avoir fondu dans le logement de cet exemplaire déformé par le choc.
Fusée EHZ16. Schema d'epoque issu d'un manuel Belge. Collection Serge AMAND
Fusée EHZ16. Un autre exemplaire, voir les marquages sur le disque inférieur. Photos par Luc Malchair.
Fusée EHZ16. Vue arrière. Photos par Luc Malchair.
Fusée EHZ16. Vue arrière de deux exemplaires similaires, avec le logement du tiroir de sécurité bien visible.



Retour en haut de page

Fusée EKZ 17
Fusée-détonateur instantanée de 55mm, modèle 1917 pour canon de campagne

A première vue, la fusée EKZ 17 parait identique à la fusée EKZ 16, et pourtant les mécanismes internes sont fort différents. Il s'agit toujours d'un modèle instantané par refoulement de tige, mais cette fois le design a été simplifié à l'extrême, probablement pour en diminuer le temps et le coût de fabrication dans cette période avancée du conflit où les ressources se font rares.

Le mécanisme se réduit à son strict minimum : une tige en alliage de magnésium traverse dans son axe l'ogive pleine. Elle porte à sa base le rugueux, placé un face d'une amorce fixe montée en série d'un relais directement enchassés dans le détonateur. Percuteur et amorce sont séparés par un ressort de sécurité.

Le seul système d'armement présent consiste en un simple verrou centrifuge latéral qui s'insère au repos dans un logement à la base de la tige sous l'action d'un ressort, et se rétracte en vol sous l'effet de la rotation de l'obus sur son axe. Le détonateur n'était doté d'aucune sécurité.

Il s'agissait donc d'une fusée à simple effet, uniquement instantanée sans effet percutant inertiel.

L'ogive massive était entièrement réalisée en alliage de zinc, ou par assemblage d'une partie supérieure en fonte et d'une base en alliage de zinc réunins par un filetage ('EKZ 17 Zi E Gew') ou par queue d'arronde à la coulée ('EKZ 17 Zi E Guss').

La fusée EKZ 17 équipait les obus explosifs et les obus à gaz (croix verte, jaune et bleue) des :
  • canons de 7.7cm FK 96 n/A et 7.7cm FK 16

La fusée EKZ 17 était fournie montée avec un détonateur de 23 gr d'acide picrique, et avec la tige retirée de son logement, bouché par une capsule de plomb.


Fusée EKZ17.
Fusée EKZ17. Ogive conique en alliage de zinc, fortement corrodée par le temps
Fusée EKZ17. Vue de dessus avec le logement de la tige du percuteur, disparue.
Fusée EKZ17. Forme caractéristique. Un premier indice pour l'identification est la présence du canal radial à la base du cone (pas montré sur cette photo) pour le ressort de la sécurité centrifuge
Fusée EKZ17. Vue du dessous. Cette vue donne un second indice d'identification, l'intérieur du cône n'étant pas creux comme le serait celui d'une EKZ 16
Fusée EKZ17. Malgré la forte corrosion, le marquage est encore un peu lisible : 'E.K.Z.17 - ??? 17 - 400'
Fusée EKZ17. Schéma d'époque
Fuze EKZ17. This item is in pretty good shape. Steel body, the base thread has disappeared? The rod is factice (aluminium bar). No visible markings.
Fuze EKZ17. Same item, base view, showing the impressive percussion pin.



Retour en haut de page

Fusée EHZ 17
Fusée-détonateur instantanée de 57.5mm, modèle 1917 pour obusier de campagne

La fusée EHZ 17 est la version dédiée aux obusiers légers de campagne de la fusée instantanée EKZ 17. Les organes internes des deux fusées étaient identiques. Seules les dimensions externes variaent, avec une forme plus arrondie de l'ogive, et le filetage de 57.5mm adapté aux obus de l'obusier de 10cm.

La fusée EHZ 17 équipait les obus à gaz et les obus percutants des :
  • obusiers de campagne de 10cm lFH 98/09, 10cm lFH 16 et 10cm lFH Kp
Elle était livrée avec la tige démontée et le trou bouché par une capsule en plomb, et un détonateur vissé de 23 gr d'acide picrique.

Une variante à masselotte porte-amorce mobile est connue 'EHZ 17 Bew' ('Beweglicher schlagbolzen' - porte-amorce mobile), ce qui dotait la fusée d'un comportement à double effet, avec un effet percutant additionnel


Fusée EHZ17
Fusée EHZ17. Tige de percuteur enlevée. Images gracieusement prètées par Serge AMAND
Fusée EHZ17. Tige de percuteur en place. Collection Serge AMAND
Fusée EHZ17. Collection Serge AMAND
Fusée EHZ17 observée en Champagne
Fusée EHZ17. Schema d'epoque issu d'un manuel Belge. Collection Serge AMAND



Retour en haut de page

Fusée Gr Z 17
Fusée percutante instantanée de 45mm pour obus explosif

La fusée Gr Z 17, dispositif instantané déclenché par le refoulement d'une tige de percussion en laiton sécurisée au repos par un système de verrous centrifuges, était le premier exemplaire d'un nouveau design qui deviendra prépondérant après la première guerre mondiale.

Ce système de sécurité était composé d'un ensemble de 5 volets imbriqués dans un plan transversal, pouvant se rétracter sous l'effet du mouvement de rotation de l'obus sur sa trajectoire. Ce mouvement n'était rendu possible qu'après le départ de l'obus, puisque ces volets étaient bloqués au repos par un anneau qui se rétractait par inertie au départ du coup.

Une fois la sécurité désactivée, le rugueux solidaire de la tige de percussion mobile n'était plus séparé de l'amorce que par un simple ressort de sureté.

Le bouchon de tête pouvait être en acier ou en laiton, alors que le corps était en acier.

Une variante nommée Hb Gr Z 17 est également connue, avec un bouchon de tête cylindrique.

Adjointe à un détonateur, cette fusée équipait les obus explosifs des
  • obusiers lourds de campagne 15cm sFH, 15cm sFH02, 15cm sFH13 et 15cm sFH13/L17
  • obusiers lourds de 18cm VH L/22
  • Mortiers de 21cm Mrs. (M1902), 21cm Mrs. (M1910) et 21cm Lg Mrs (1916)


Fusée Gr Z 17. La tige du percuteur est ici simulée par une cartouche de fusil. Ce n'es pas l'originale. Marquages illisibles : '15' d'un côté, 'Gr.Z17 - K.18' de l'autre
Fusée Gr Z 17. Le corps de cet exemplaire observé en Champagne a été fortement déformé par l'explosion, mais malgré la base élargie, la fusée est bien reconnaissable
Fusée Gr Z 17. Vue du dessus montrant le logement pour la tige de percussion dans le bouchon de tête.
Fusée Gr Z 17. Vue de dessous, les organes internes ont disparu à l'exception de la tige du percuteur
Fusée Gr Z 17. Vue de dessous.
Fusée Gr Z 17. Des restes de marquages à peine visibles 'Gr Z 1...'
Fusée Gr Z 17. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Aufschlagzünder mV fur K.Gr. 15 m.P.
Fusée Aufschlagzünder mV pour obus de semi-rupture de 7,7cm

Confrontés dès l'été 1916 à l'apparition des blindés Anglais sur le front de la Somme, les Allemands sont dans l'obligation d'inventer l'arme anti-char. Si des grenades à forte charge explosive, des fougasses ou des fusils de forte puissance sont mis à disposition des combattants de première ligne jusqu'à la fin du conflit, l'expérience montre qu'un obus explosif traditionnel au but sous de bonne conditions ballistiques (incidence, vitesse) peut détruire ces cibles et que le calibre du canon de campagne de 7.7cm, abondamment disponible, est suffisant pour cette mission.

L'armée fait donc développer une variante de semi-rupture de l'obus explosif classique 7,7cm K Gr 15, appelée 7,7cm K Gr 15 mP ('mP' ='mit Panzerkopf'). Cet obus explosif, théoriquement efficace jusque 5000m (mais employé le plus souvent à des distances inférieures à 1500m) libérait également une substance fumigène placée dans le culot. Il comportait une coiffe massive en acier trempé extra-dur lui permettant de traverser des plaques de blindage jusque 20mm, et une fusée interne retardée pour le faire exploser à l'intérieur du véhicule.

La fusée Aufschlagzünder mV fur K.Gr. 15 m.P. possédait un corps en alumimium. Son mécanisme interne était à percussion et verrou de sureté centrifuge à 5 volets, et était doté d'un retard mixte mécanique (la flamme de l'amorce devant suivre une chicane) et pyrotechnique (pastille de poudre noire comprimée). Le pas de vis de la coiffe et de la fusée était de 51,5mm.

Avec un détonateur de de 25g de TNT, cette fusée équipait donc les projectiles explosifs de semi-rupture des
  • canons de campagne 7.7cm FK 96 n/A
  • canons de campagne 7.7cm FK 16
C'est probablement en utilisant de telles munitions avec le dernier des canons de sa batterie de 7,7cm FK96 n/A que le Lieutenant Allemand Müller réussit à détruire 16 chars Anglais devant Flesquières le 20 novembre 1917, avant de succomber sur sa pièce, dans un fait d'armes héroïque et bien connu.


Fusée Aufschlagzünder mV.
Fusée Aufschlagzünder mV. La photo ne présente que la coiffe en acier de cette fusée de rupture.
Fusée Aufschlagzünder mV. Marquages non identifiés sur la tête de la coiffe.
Fusée Aufschlagzünder mV. Le même obus de nos jours. Image Serge AMAND
Fusée Aufschlagzünder mV. L'obus anti-char 7,7cm K Gr 15 mp reconstitué par Pascal Casanova (voir la section Fusées 3D de ce site pour d'autres de ses remarquables réalisations) .
Fusée Aufschlagzünder mV. Vue de dessous sur le logement de la tête de la fusée (déformé par l'explosion).
Fusée Aufschlagzünder mV. Coupe de la fusée reconstituée par Pascal Casanova (voir la section Fusées 3D de ce site pour d'autres de ses remarquables réalisations)
Fusée Aufschlagzünder mV. Schéma d'époque.



Retour en haut de page




Fusées fusantes et à double effet


Fusée Schr Z c/84
Fusée fusante de 30 mm pour obus à balles, Modèle 1884

En 1863, le Hauptmann Richter, de l'arsenal de Spandau près de Berlin, débute le développement d'un mécanisme fusant révolutionnaire, basé sur la variation de la longueur d'une piste de poudre compactée par rotation d'un plateau mobile. La 'Richtersche Zeitzunder' (fusée fusante de Richter) est acceptée par l'Armée Allemande en 1869, et participera aux combats de la guerre Franco-Prussienne de 1870 aux côtés de ses deux descendantes fusantes '8 cm FeldSchrapnellZünder c/70' et '9 cm FeldSchrapnellZünder c/70', contribuant à l'avantage technologique de l'artillerie qui fut un des ingrédients majeurs de la victoire Allemande.

Dès les modèles c/70 la technique de séparation du système fusant, monté sur l'obus pour le transport, et du système concutant contenu dans un bouchon vissable démontable ('BolzenSchraube 70') et monté juste avant le tir s'imposa pour la sécurité.

Le système Richter ainsi modifié donna naissance à plusieurs fusées fusantes dont les SchrapnelZunder c/71 à deux plateaux et les FeldSchrapnellZunder c/73 à simple plateau, associées ensuite au nouveau 'BolzenSchraube 73', et toutes de profil tronconique reconnaissable.

En 1883 apparaît la fusée fusante SchrapnellZunder 83, équipée d'un nouveau système concutant amovible 'BolzenSchraube 83'. Toujours inspirée par le système Richter, son profil était toutefois radicalement différent avec un plateau mobile supérieur de diamètre égal au plateau inférieur fixe, et un écrou supérieur de blocage.

Une fois monté, le système concutant du bouchon supérieur, à rugueux inférieur fixe et porte amorce mobile, permettait de mettre le feu au moment du tir à la piste circulaire logée sous le disque mobile, communiquant à l'arrière de la fusée par un trou dans le plateau inférieur. La position de ce trou sous la piste, réglée par rotation du plateau mobile, donnait le temps de déclenchement de la fusée fusante qui communiquait une flamme à la charge de l'obus via une chambre à poudre située dans la queue creuse de la fusée.

Le plateau supérieur était gradué en hectomètres, de 0 à 35, par pas de 200 m. Des graduations portées sur le plateau inférieur donnaient l'équivalent en secondes de vol, de 0 à 14. Cette graduation secondaire se révélant inutile (et probablement source de confusions), un modèle simplifié apparut en 1884 ne conservant que les graduations en hectomètres du plateau supérieur. Cette version est la fusée fusante SchrapnellZunder 84.


Fusée Schr Z c/84.
Fusée Schr Z c/84. Vue du dessus sur le bouchon amovible du systême concutant (Boldenschraube).
Fusée Schr Z c/84. Marquage 'F 84'; graduations de 3 à 35 hectomètres.
Fusée Schr Z c/84. Event d'échappement des gaz de combustion
Fusée Schr Z c/84.. Vue de dessous, avec le canal de communication de lfamme à la charge de l'obus, en forme d'entonnoir
Fusée Schr Z c/83. Schéma moderne - photo empruntée à l'excellent forum www.odkrywca.pl. Ce modèle initial présente encore des graduations en secondes sur le disque fixe inférieur



Retour en haut de page

Fusée Dopp Z c/86
Fusée fusante et percutante de 30 mm pour obus à balles, Modèle 1886

Apparu en Allemagne en 1869, le système Richter révolutionna la technique des fusées en introduisant les mécanismes pyrotechniques fusants à plateau. Il évoluera pendant plus de 20 ans en donnant naissance à plusieurs types de fusées de complexité croissante, avant l'apparition de la génération suivante en 1891. Une étape très importante de cete évolution fut franchie en 1885 : alors que les évolutions du système Richter n'avaient jusque là créé que des fusées fusantes, un nouveau bouchon amovible complètement modifié permit à une nouvelle filiation de fusées de se doter d'un comportement 'à double effet', c'est à dire fusant ou percutant.

Ce nouveau bouchon amovible nommé 'DoppZdrSchr c/85' ('DoppelZundersSchraube c/85') était protégé d'une coiffe en acier qui lui donnait une forme caractéristique ovoïde. Il comprenait à la fois le sytème concutant et le système percutant qu'il empruntait aux fusées percutantes 'Gr Z c/80'. Il était monté avant le tir sur des corps fusants à simple ou double plateau similaires au nouveau profil des fusées fusantes 'Schr Zdr 83 et 84'.

Une seconde version de bouchons à double effet nommés 'DoppZdrSchr c/86' ('DoppelZundersSchraube c/86') introduisit le systême percutant à masselotte mobile et pont rugueux fixe qui connaitra ensuite une longue carrière débutant par la fusée double effet 'Dopp Z 91'.

La tête de ce bouchon adoptait une forme de champignon. Cette masse supérieure mobile comportait deux amorces placées en face de deux rugueux disposés sur le corps fixe et protégés par un ressort écrasable en forme de tulipe. Au départ du coup, la 'tête de champignon' reculait en écrasant le ressort, ce qui mettait à feu les deux amorces. La flamme en résultant servait à la fois à mettre feu à la piste de poudre comprimée du système fusant à plateau, mais aussi à consumer un gros grain de poudre comprimée situé dans la partie supérieure de la queue du bouchon et bloquant au repos les mouvements du système percutant composé d'un porte-amorce mobile et d'un rugueux fixe monté sur un pont transversal. En cas de fonctionnement percutant, l'énergie du choc d'arrivée projetait le porte amorce ainsi libéré sur le rugueux, et sa flamme était transmise à l'obus par un trou à la base du bouchon.

Le corps fusant à simple plateau était une légère évolution de celui des 'Schr Zdr 83 et 84', avec des graduations en hectomètres sur le plateau supérieur mobile (de 3 à 31.5), et des graduations équivalentes en temps de combustion sur le plateau inférieur fixe (de 1 à 13 secondes). Ces dernières ayant été supprimées avec la version SchrapnellZunder 84 seront également parfois masquées par un vernis noir sur ces nouvelles fusées. En cas de fonctionnement fusant, la portion de piste de poudre comprimée se consumait jusqu'à la durée sélectionnée, puis la flamme était transmise à l'obus par 6 canaux usinés dans le corps fusant.

Cette évolution engendra deux types de fusées : les fusées à double effet 'Dopp Z c/85' (à deux plateaux) et les fusées à double effet 'Dopp Z c/86' (à un seul plateau). Cette dernière est de loin la plus connue et était encore parfois utilisée en 1914 avec les projectiles à balles des vieux
  • canons de 9cm K 73/88
Ces deux fusées jouent donc un rôle important dans l'histoire de la pyrotechnique militaire puisqu'il s'agit des toutes premières fusées à double effet (fusantes et percutantes) à plateaux de l'Artillerie Allemande, famille prolifique qui donnera de nombreuses variantes entre 1891 et 1916.

Une ultime évolution du système Richter apparut en 1888, avec le montage d'une gaine détonateur Mle 1888 sur le corps fusant et percutant de type 1886, monté à demeure sur l'obus et ne recevant toujours son bouchon amovible concutant / percutant qu'au moment du tir. Les derniers exemplaires de cette fusée à double effet 'Dopp Z c/88', ultime représentante de la lignée des fusées Richter à concuteur amovible, furent utilisés jusqu'en 1916 dans un rôle souvent percutant avec les obus explosifs des vieux
  • canons lourds de s 12cm K


Fusée Dopp Z c/86
Fusée Dopp Z c/86. L'exemplaire de gauche possède encore sa coiffe en acier.
Fusée Dopp Z c/86. Bouchons concutants / percutants 'DoppelZundersSchraube' démontés. Celui de droite a 'fonctionné', la partie haute ayant écrasé le ressort en reculant sous le choc du départ.
Fusée Dopp Z c/86. Vue arrière sur les 'DoppelZundersSchraube', les 6 évents en périphérie servaient à communiquer la flamme du système concutant à la piste de poudre du système fusant à plateaux.
Fusée Dopp Z c/86. Zoom sur le système fusant, le plateau fixe inférieur est gradué en temps de combustion (1 à 13 secondes - 'Sek.').
Fusée Dopp Z c/86. Zoom sur le système fusant, le plateau fixe inférieur est gradué en distance de vol (3 à 31.5 hectomètres - 'Feld.').
Fusée Dopp Z c/86. Vue de dessous avec les 6 canaux de transmission de la flamme en mode fusant usinés dans le corps fusant, et l'évent pour la flamme du système percutant pratiqué dans la queue du DoppelZundersSchraube.
Fusée Dopp Z c/86. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée Dopp Z 91
Fusée à double effet de 45 mm, fusante et percutante sans retard, Modèle 1891

Suivant et héritant de plusieurs caractéristiques techniques de la fusée Dopp Z c/88 (entre autres son système percutant), la fusée Dopp Z 91 inaugura une nouvelle génération de fusées à double effet Allemandes en intégrant le système concutant dans le corps de fusée, contrairement à l'usage qui le faisait tenir dans un bouchon amovible à monter avant le tir.

Fusée à double effet à plateau unique gradué de 3 à 45 hectomètres, cette fusée Dopp Z 91 est aussi la première fusée Allemande à introduire le système concutant à masselotte porte-amorce et protection de rugueux par couronne en forme de tulipe, apparu sous sa forme primitive avec l'antique fusée 'Dopp Z 86', et que l'on retrouvera dans les fusées 'Dopp Z 92', 'Gr Z 92', 'Dopp Z 92 nF', 'Gr Z 96 et Gr Z 96/04', et 'Gr Z 04'.

Le système concutant servant à la fois à l'armement du système percutant et à la mise à feu du système fusant était sécurisé par une goupille à deux branches à retirer avant le tir. Celle-ci libérait les mouvements du système concutant à percussion, dont le lourd porte-amorce coulissant reculait par inertie au moment du départ de l'obus dans le tube et venait heurter un rugueux fixe protégé par une capsule ressort en forme de tulipe qui s'écrasait sous la pression, enflammant un gros grain de poudre noire.

La combustion de ce grain libérait les mouvements du système percutant à inertie principal situé dans la queue.

Au moment de l'impact, la douille porte-amorce était projetée sur un rugueux fixe monté sur un pont traversant la douille. La flamme de l'amorce était émise à la base de la queue de la fusée par un orifice, et mettait à feu la charge-relais des obus explosifs ou communiquait avec la chambre arrière des obus à shrapnel par le tube axial.

La flamme de la combustion du grain de poudre mettait également le feu au cordon de pulvérin circulaire du système fusant, réglé par rotation de la tête graduée sur la durée voulue. Après ce temps, la flamme était communiquée à la gaine-relais ou à la charge arrière par 6 évents disposés en cercle à la base de la queue de la fusée

Cette fusée équipait principalement les obus explosifs et à balles des :
  • canons de 9cm K 73/88
Lorsqu'elle était montée sur des obus explosifs, elle était associée à une gaine relais 'Z.dlg.91' séparée et contenant une charge inconnue d'acide picrique.



Fusée Dopp Z 91.
Fusée Dopp Z 91. Deux exemplaires. Celui de gauche, provient du montage en encrier montré plus bas, indications 'Dopp Z K / 91 - J'. Celui de droite a été trouvé dans la Somme, indications 'Dopp Z c / 91 - Sb - Wd - 4 - 94 - E - 48'
Fusée Dopp Z 91. Vue latérale, montrant les marquages, et le petit levier sur l'évent des gaz, en position haute.
Fusée Dopp Z 91. Même vue avec petit levier abaissé
Fusée Dopp Z 91. Vue de dessous avec 6 évents circulaires pour système fusant, et évent central sur queue pour système percutant
Fusée Dopp Z 91. Vue de dessus
Fusée Dopp Z 91. Exemplaire monté en encrier par un combattant de la Grande Guerre
Fusée Dopp Z 91. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée Dopp Z 92 et variantes
Fusée à double effet de 45 mm, fusante et percutante sans retard, Modèle 1892
Fusée fusante de 45 mm Modèle 1892

La fusée à double effet à deux plateaux Dopp Z 92 était une évolution de la fusée Dopp Z 91. Comme cette dernière, elle utilisait le même classique système concutant à masselotte porte-amorce et protection de rugueux par couronne-tulipe apparu sous sa forme primitive avec l'antique fusée Dopp Z 86, et un système percutant en queue de type douille mobile porte-amorce et pont fixe porte-rugueux, et une goupille de sécurité à deux branches bloquant le système concutant.

En ces caractéristiques disponibles pour son fonctionnement percutant (sélectionné par règlage du plateau gradué sur la croix romaine), la Dopp Z 92 était donc quasiment identique à la fusée percutante de la même génération 'Gr Z 92'.

L'évolution majeure par rapport à la Dopp Z 91 était apportée par l'existence de deux plateaux au lieu d'un, dont seul le plateau inférieur était gradué (de 1 à 28 secondes pour le modèle initial).

Entièrement réalisée en laiton, elle fut développée en plusieurs versions :
  • Dopp Z 92 : version initiale graduée de 1 à 28 secondes
  • Dopp Z 92 o Vorst : la même sans goupille de sécurité
  • Dopp Z 92 F H : graduée de 3 à 36 hectomètres, dédiée à un obus à balles de l'obusier léger de campagne 10cm IFH 16
  • Dopp Z 92 f10cm K : graduée de 1 à 26 secondes, dédiée aux différents canons de 10cm
  • Dopp Z 92 K15 : graduée de 1 à 26 secondes, dédiée aux différents canons de 15cm, mais en tous points identique à la Dopp Z 92 f10cmK
  • Dopp Z 92 lg Brlg : graduée de 2 à 41 secondes pour de plus longues portées
  • Dopp Z 92 lg Brlg o Az : graduée de 2 à 41 secondes pour de plus longues portées, sans système percutant pour emploi anti-aérien.


Cette fusée et ses diverses variantes fut abondamment utilisée avec de très nombreux projectiles durant le conflit. Elle équipa ainsi les obus shrapnel et explosifs des :
  • canons de 9cm K 73/88
  • canons anti-ballons de 9cm BAK
  • canons de 10cm K, 10cm K97, 10cm K04 et 10cm K14
  • canons de 10cm KISL sur affût protégé, 10cm TK sous tourelle, court de kz 10 cm TK sous tourelle et 10cm TK Verst sous tourelle renforcée
  • canons de 13cm K09
  • canons lourds s 12cm K
  • canons de Lg 15cm K
  • canons frettés ('RingKanone') 15cm RK et lg 15cm RK
  • obusiers lourds de campagne 15cm sFH, 15cm sFH02, 15cm sFH13 et 15cm sFH13/L17
  • obusiers sous tourelle de 15 cm TH
  • canons de 15cm KISL sur affut protégé et de 15 cm Verst KIRL sur affût à roues
  • Canons de 15 cm sur affût de côte 15 cm KIKstI 07
  • canons frettés ('RingKanone') de 21cm RK


Fusée Dopp Z 92.
Fusée Dopp Z 92. Indications 'Dopp Z 92 Sp16 - 6', observée sur le Mort-homme à Verdun, montée sur une ogive de diamètre approximatif 105 mm, plateau réglé pour un fonctionnement à 20 secondes
Fusée Dopp Z 92 Même exemplaire, détail montrant les orifices d'échappement des gaz de combustion
Fusée Dopp Z 92, design d'origine
Fusée Dopp Z 92, design d'origine. La graduation s'étend de 1 à 28 secondes.
Fusée Dopp Z 92 K15.
Fusée Dopp Z 92 K15. La graduation s'étend de 1 à 26 hectomètres
Fusée Dopp Z 92 f10cm K.
Fusée Dopp Z 92 f10cm K. La graduation s'étend de 1 à 26 hectomètres
Fusée Dopp Z 92 lg Brlg.
Fusée Dopp Z 92 lg Brlg. La graduation s'étend de 2 à 41 secondes
Fusée Dopp Z 92. Ces deux exemplaires, respectivement montés sur les ogives de calibre approximatif 105 mm (indications 'Dopp Z 92 - Sp16 - 13', réglage sur 16 secondes) et 135 mm (indications 'Dopp Z 92 - Sp16', réglage sur 18 secondes), ont été observés à Verdun, près du Mort Homme
Fusée Dopp Z 92. Vue du dessous montrant les billes de shrapnell encore engluées dans la résine, et entourant les restes de la queue de la fusée
Fusée Dopp Z 92, disques démontés. Photo de J Faulkner
Fusée Dopp Z 92. Vue de dessous avec 6 évents circulaires pour système fusant, et évent central sur queue pour système percutant
Fusée Dopp Z 92. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée Dopp Z 92 nF
Fusée à double effet de 45 mm, fusante et percutante sans retard, Modèle 1892, forme nouvelle

La raison du développement de cette nouvelle version de la célèbre Dopp Z 92 est peu évidente, tant les mécanismes intérieurs concutants, percutants et fusants de cette fusée à double effet à deux plateaux Dopp Z92 nF ('n.F.' = neue Form - forme nouvelle) sont identiques, comme le montrent les schémas d'époque. Elle était aussi munie d'une goupille de sécurité à deux branches bloquant le système concutant.

Les différences notables affectent principalement la forme extérieure, plus arrondie, et parfois le matériau qui pouvait être le laiton, mais également parfois l'aluminium.

La Dopp Z 92 nF était graduée de 2 à 41 secondes sur son plateau inférieur, comme la version Dopp Z 92 lg Brlg à temps de combustion allongé, ce qui justifiait parfois une appellation légèrement modifiée de Dopp Z92 lg Brlg nF. Une variante sans goupille de sécurité fut développée avec la fusée Dopp Z92 nF o.Vorst.

Cette fusée équipait principalement les obus à balles, incendiaires et explosifs des :
  • canons de 9cm K 73/88
  • canons de 10cm K, 10cm K97, 10cm K04 et 10cm K14
  • canons de Lg 15cm K
  • obusiers lourds de campagne 15cm sFH, 15cm sFH02, 15cm sFH13 et 15cm sFH13/L17



Fusée Dopp Z 92 nF
Fusée Dopp Z 92 nF en laiton. Indications 'Dopp Z 92 nF - SSWN17 - h - sw265'
Fusée Dopp Z 92 nF en laiton, complète. Indications 'Dopp Z 92 nF - 23
Fusée Dopp Z 92 nF en laiton démontée. Zoom sur les gorges des deux plateaux fusants
Fusée Dopp Z 92 nF : orifice d'échappement des gaz de combustion des cordons fusants
Fusée Dopp Z 92 nF : autre exemplaire, marquage 'Dopp Z 92 nF - SSWN18 - SHE177 -13'
Fusée Dopp Z 92 nF, entièrement démontée. Photo par J Faulkner
Fusée Dopp Z 92 nF en alu et laiton. De manière évidente, les parties en laiton passent mieux l'épreuve du temps que celles en aluminium. Zoom sur la coiffe en laiton, marque 'c'
Fusée Dopp Z 92 nF Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée Dopp Z 96 et Dopp Z 96 n/A


Fusée à double effet de 45 mm, fusante et percutante sans retard, Modèle 1896, et modèle 1896 transformée ('n/A' = neue Art')

La fusée à double effet à deux plateaux Dopp Z 96 était un dispositif spécifiquement conçu pour le canon de campagne de 7.7cm FK96 n/A qui dotait abondamment l'artillerie de campagne du IInd Reich.

Dans sa version initiale graduée de 0 à 50 hectomètres, cette fusée était une autre variation du classique système double effet à deux plateaux de la Dopp Z 92, avec toujours le même classique système concutant à masselotte porte-amorce et protection de rugueux par couronne-tulipe et le système percutant en queue de type douille mobile porte-amorce et pont fixe porte-rugueux. Cette fusée était sécurisée par une goupille à deux branches bloquant le système concutant. Le système fusant, mis à feu par l'appareil concutant, était composé de deux plateaux, le plateau supérieur fixe faisant corps avec la fusée et portant les graduations.

La volonté de fabriquer un dispositif fortement allégé pour les obus du canon de campagne était toutefois évidente, de par les dimensions des éléments internes classiques toutes été revues à la baisse, et le choix des matériaux qui n'utilisait que l'acier et l'aluminium au lieu du laiton plus lourd, bien avant que les restrictions économiques de la guerre ne généralisent ces choix sur les autres fusées Allemandes.

Plus tard une nouvelle version Dopp Z 96 nA ('nA' = neue Art - nouveau design') fut graduée de 0 à 53.5 hectomètres, puis dans d'autres versions de 0 à 71.5, de 0 à 65 et de 0 à 70. D'apparence externe très semblable, elle incluait toutefois un tout nouveau système concutant, cette fois composé d'un porte amorce mobile moins massif séparé du rugueux par un ressort au lieu du système à tulipe classique. Cette version n'incluait pas de système de sécurité par goupille.

Cette fusée fut très abondamment utilisée, équipant dès le début de la guerre exclusivement les obus shrapnel et explosifs du
  • canon de campagne de 7.7cm FK96 n/A et 7.7cm FK16.
Utilisée telle quelle pour les obus à balles, elle était adjointe à un détonateur 'Z.dlg.92' vissé à la fusée et contenant 20g d'acide picrique.

Il est fréquent d'en observer de nos jours dans les musées ou sur les champs de bataille, mais dans ce derniers cas, les exemplaires sont souvent fort abimés par la corrosion, à cause de la nature peu noble de ses matériaux.


Fusée Dopp Z 96 n/A.
Fusée Dopp Z 96 n/A. Seules inscriptions visibles : Dopp Z 96 n/A. La version n/A est confirmée par l'absence de trous pour la goupille de sécurité. Exemplaire corrodé et incomplet, gradué jusque 6500 mètres, observé en Champagne
Fusée Dopp Z 96 n/A. Exemplaire monté en encrier (souvenir de tranchées). Gradué jusque 72.5, marquages 'Dopp Z 96 n/A - Kr.484 - 5'
Fusée Dopp Z 96 n/A. Vue d'arrière, montrant la gorge du plateau tournant (le plateau socle inférieur a disparu)
Fusée Dopp Z 96 n/A. Exemplaire abimé, et ce qui reste de la tête d'un exemplaire encore plus abimé !
Fusée Dopp Z 96. Autre exemplaire, en meilleur état, gradué jusque 5000 m.
Fusée Dopp Z 96. La présence des deux trous de la goupille de sécurité à deux branches identifie la version originale. La peinture brun-rouge est d'origine
Fusée Dopp Z 96. Vue de l'arrière, avec orifices de mise à feu
Fusée Dopp Z 96 n/A. Schéma d'époque montrant le concuteur modifié sans goupille de sécurité



Retour en haut de page

Fusée Dopp Z 98
Fusée à double effet de 45 mm, fusante et percutante sans retard, Modèle 1898

Peu d'informations nous sont parvenues au sujet de la fusée Dopp Z 98 qui avait été développée exculsivement pour équiper l'obus à shrapnell '10cm FeldHaubitze schrapnell 1898', et était très vraisemblablement une évolution de la fusée Dopp Z 92.

Graduée de 2 à 56 hectomètres, et munie d'un détonateur intégré en queue comme les autres fusées de type 'Dopp' de cette époque, elle avait été abandonnée avant guerre en même temps que l'obus pour lequel elle avait été conçue. Toutefois des fusées de ce type peuvent être observées rarement de nos jours sur les anciens champs de bataille (notamment l'ancien front de l'est) et il est donc probable que des stocks de ces munitions obsolètes ont été consommés néanmoins durant le conflit.

Cette fusée était utilisée avec les obus shrapnell des :
  • obusiers de campagne de 10cm lFH 98/09


Fusée Dopp Z 98.
Fusée Dopp Z 98. Markings 'Dopp Z 98 Sp', observée sur un acine champ de bataille du front de l'est.
Fusée Dopp Z 98. Vue du dessus
Fusée Dopp Z 98. Vue arrière sur le détonateur de queue.
Fusée Dopp Z 98. reconstitution 3D par Pascal Casanova



Retour en haut de page

Fusée HZ 05, HZ 05 Gr et HZ 05 Schr
Fusée-détonateur à quadruple effet de 57 mm fusante à balle, fusante explosive ou percutante avec et sans retard, Modèle 1905 pour obus universel d'obusier de campagne
Fusée-détonateur à triple effet de 57 mm fusante ou percutante avec et sans retard, Modèle 1905 pour obus explosif d'obusier de campagne
Fusée à double effet de 57 mm fusante ou percutante, Modèle 1905 pour obus à balles d'obusier de campagne

Avant la guerre et comme d'autres nations, l'Armée Allemande développa pour son artillerie de campagne des 'obus universels' qui pouvaient se comporter aussi bien en munitions explosives que shrapnel. Complexe et finalement peu satisfaisante, cette munition nécessitait de plus l'usage de fusées très sophistiquées capables d'activer ses différents modes de fonctionnement. La fusée HZ 05 fut ainsi conçue pour les obus universels des obusiers légers de campagne 10cm lFH 98/04. Plus tard, la KZ 11 suivra pour les obus universels des canons de campagne 7.7cm FK96 n/A.

Techniquement, la HZ 05 originale était une fusée-détonateur à quadruple effet :
  1. à temps pour fonctionnement shrapnel
  2. percutant sans retard pour fonctionnement explosif
  3. percutant avec retard pour fonctionnement explosif
  4. percutant pour fonctionnement shrapnel
Ce système particulièrement complexe était réalisé en laiton, avec plateaux tournants en aluminium pour le réglage du temps, plateau tournant en laiton pour la distribution de flamme ou le choix de retard, et coiffe en laiton ou acier.

Elle utilisait des technologies introduites par des modèles antérieurs :
  • Le système concutant axial était du type masselotte porte-amorce centrale, rugeux protégé par ressort-tulipe et grain de poudre de calage des systèmes percutants, de principe inspiré de celui de la fusée 'Dopp Z 92', et sécurisé par une goupille de sécurité à deux branches.

  • Le système fusant était un appareil à deux plateaux semblable à celui de la fusée 'Dopp Z 92', avec plateau supérieur fixe et plateau inférieur mobile gradué de 3 à 53 hectomètres (plus tard porté à 63, puis 70 hectomètres pour la variante 'HZ 05 l B'). Après le temps de combustion réglé par rotation du plateau gradué sur la portée voulue, la flamme pouvait être dirigée grâce à un robinet de réglage commandé par le plateau mobile de distribution soit vers l'amorce-détonateur pour le fonctionnement fusant explosif (position sur trait marqué 'nur G. Bz.'), ou vers un anneau de poudre situè à la base de la fusée et percé de 6 évents autour du détonateur pour un fonctionnement fusant à balles (position sur trait sans légende). La position du plateau mobile était fixée grâce à un pointeau interne actionné par l'inertie du départ du coup.

  • Enfin, la fusée HZ 05 possédait un système percutant à retard optionnel hérité de la fusée Gr Z 96/04 : deux systèmes percutants identiques de type douille porte-amorce mobile et pont transversal fixe porte-rugueux, l'un communiquant vers le détonateur directement, l'autre par l'intermédiaire d'un retard par grain de poudre. La sélection du système percutant retardé ou non retardé se faisait par rotation du plateau mobile de distribution (position sur trait marqué 'm.V.' pour système retardé).
Le détonateur de cette fusée, chargé de 85 grammes d'acide picrique, était équipé d'une sécurité par la suite utilisé dans de nombreuses autres modèles, basée sur une interruption du canal de communication de la flamme vers l'amorce par un tiroir mobile latéral actionné par la force centrifuge exercée en vol par la rotation de l'obus autour de son axe.

Autre spécificité, le détonateur était de plus déclenché par le système fusant par un canal relié au disque inférieur via un léger retard, afin de le faire exploser après expulsion de la fusée de l'obus lors d'un fonctionnement fusant.

Le manque relatif d'efficacité des obus universels entraîna leur abandon progressif (déclaration d'obsolescence en juillet 1916) ainsi que celui de leur fusée spécifique, mais le design de celle-ci fut simplifié pour donner naissance à deux variantes dérivées intensivement utilisées pendant toute la guerre :
  • La HZ 05 Gr. (pour 'Granate' - obus explosif) était une fusée-détonateur à triple effet (percutant sans retard, percutant avec retard, fusant) réservée aux obus explosifs ou à gaz. Il s'agissait d'une HZ 05 simplifiée avec les mêmes systèmes concutants, fusants et percutants, mais dépourvue de l'anneau de poudre à 6 évents à la base du détonateur. Le plateau mobile de distribution ne servait plus qu'à la sélection du retard optionnel, et ne comportait donc plus qu'un trait sans marque et un trait marqué 'm.V.'.
    Graduée de 3 à 53 hectomètres, elle existait également en version 3 à 63 hectomètres puis 3 à 70 hectomètres, dans quel cas elle était souvent dénomméeHZ 05 Gr.l B.

  • La HZ 05 Schr. (pour 'Schrapnel' - obus à balles) était une fusée à double effet (fusante et percutante sans retard) réservée aux obus à balles. Il s'agissait également d'une HZ 05 simplifiée, avec les mêmes systèmes concutants et fusants, mais dont le système système percutant double avec détonateur à sécurité avait été remplacé par un système percutant unique sans retard de type douille porte-amorce mobile et pont transversal fixe porte-rugueux logé dans la queue. La flamme était donc communiquée à la charge arrière par le tube central soit par l'amorce du système percutant de la queue de la fusée, soit par les 8 évents de l'anneau de poudre de la base de la queue, relié au système fusant. Il n'y avait plus de plateau mobile de distribution, son volume étant intégré dans la tête en acier ou alliage de zinc.

Selon ses différentes versions, la fusée HZ 05 était utilisée avec les obus universels, shrapnel, explosifs ou à gaz des
  • obusiers légers de campagne de 10cm lFH 98/09, 10cm lFH 16 et 10cm lFH Krupp ('Kp')
Les versions pour obus explosifs étaient munies d'un détonateur de 55 g d'acide picrique.


Fusée HZ05.
Fusée HZ05 originale. Marquages 'HZ 05 - Dr 15' indiquant que cette fusée a été produite à Dresde en 1915. Collection AZE AZEE
Fusée HZ05 originale. Marquages 'nur G Bz'. La sélection de cette position indiquait que la fusée devait fonctionner en explosif fusant. Collection AZE AZEE
Fusée HZ05 originale. Marquages 'HZ 05 - Sb 15'. Photo par Matt Reef
Fusée HZ05 originale. Vue arrière montrant les divers orifices de queue de cette fusée sophistiquée à laquelle était adjointe une gaine détonateur. Photo par Matt Reef
Fusée HZ05 Gr. Marquage H.Z.05.Gr. Sp15'. Bel exemplaire réglé pour un fonctionnement percutant ici)
Fusée HZ05 Gr LB. Ce souvenir de tranchées est réalisé à partir de la variantz 'LB' graduée jusque 70 hectomètres. Marquages 'H.Z.05.Gr.LB - Sp17M'
Fusée HZ05 Gr. Deux modèles dont les parties en aluminium ont différemment résisté aux agressions du temps !
Fusée HZ05 Gr. Schéma d'époque de la fusée HZ05 initiale, pour obus universel.
Fusée HZ05 Gr. Vue de dessous, montrant les orifices classiques du détonateur, des deux systèmes percutant, et du système d'armement
Fusée HZ05 Gr. Schéma d'époque.
Fusée HZ05 Schr. Bel exemplaire réalisé dans des matériaux varis, observée à Verdun
Fusée HZ05 Schr. Pas d'inscriptions visibles (à part les graduations). Cette fusée a été tirée avec le réglage 'croix romaine' = percutante pour obus à balles.
Fusée HZ05 Schr. Deux modèles réalisés dans des matériaux différents. Celui avec la tête en acier est marquée 'HZ05 Sb16'
Fusée HZ05 Schr. Vue du dessous, montrant la fenêtre de communication de la flamme au canal central vers la chambre à poudre arrière de l'obus à balles.
Fusée HZ05 Schr. Un exemplaire détruit. Noter les sillons circulaires du plateau fixe sur lequel le disque mobile peut tourner, et au centre le rugueux du système concutant.
Fusée HZ05 Schr. Schéma d'époque, montrant la goupille de sécurité du système concutant
Fusée HZ05 Schr. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusée KZ 11 et KZ 11 Gr
Fusée-détonateur triple effet de 55 mm, fusante à balles, et fusante ou percutante à retard pour obus universel de canon de campagne, Modèle 1911

Tout comme la fusée HZ 05 qui avait été introduite pour les munitions similaires des obusiers légers de campagne, l'emploi des 'obus universels' allemands du canon de campagne 7.7cm FK96 n/A nécessita le développement de fusées capables de commander les différents types de fonctionnement de cette munition particulière (avec des balles en plomb et chambre à poudre arrière pour le fonctionnement en shrapnel, parois un peu renforcées et enrobage des balles par TNT pour fonctionnement explosif).

C'est à cet effet qu'apparaît en 1911 la fusée 'KZ 11', conçue en matériaux légers tout comme la fusée Dopp Z 96 de l'obus à balles du même canon, mais bien plus sophistiquée. Il s'agit d'une fusée à triple effet :
  1. fusante pour fonctionnement shrapnel
  2. percutante avec retard pour fonctionnement explosif
  3. fusante pour fonctionnement explosif
Elle était réalisée en aluminium et acier.

La KZ 11 introduisit un nouveau système intégrant la fonction concutante et la sécurité de l'appareil percutant, qui sera ensuite repris dans plusieurs autres fusées telles que les LKZ 11, KZ 14, HZ 14 et Gr Z 14 : Il comporte deux logmenents cylindriques verticaux et parallèles logés sous la coiffe de la fusée. L'un d'entre eux contient le système concutant, avec un porte-amorce mobile et léger et un rugueux fixe, séparés au repos par un simple ressort, sans goupille de sécurité. Au départ du coup, le porte-amorce comprime le ressort sous l'action de l'inertie, et le feu est communiqué à la fois au cordon de poudre du premier plateau du système fusant, et au second cylindre.

Dans celui-ci se trouve le système de sécurité : un gros grain de poudre comprimée interdit les mouvements d'une tige de calage qui bloque le système percutant situé à la base de la fusée. Lorsque le feu communiqué par le système concutant consume ce grain de poudre, la tige est libérée et remonte sous l'action d'un ressort préalablement comprimé. Les gazs émis par la combustion de ces poudres sont rejetés à l'extérieur par un évent.

Le système fusant était à deux plateaux : le supérieur, fixe, qui était gradué de 2 à 50 hectomètres, et l'inférieur, mobile, qui portait le repère de réglage evec de part et d'autre les graduations d'un système correcteur allant de '-8' ('L') à '+8' ('K'). La flamme émise en fin de combustion du plateau inférieur pouvait être dirigée grâce à un robinet soit (position 'G' - 'Granate') vers le détonateur pour un fonctionnement explosif de l'obus universel, soit (position 'S' - 'Shrapnel') à un cordon circulaire muni de 6 évents communiquant avec la chambre arrière pour un fonctionnement shrapnel de l'obus universel. Il faut noter qu'une version 'KZ 11 lB' à durée de combustion allongée (graduations de 0 à 70 hectomètres) existait.

Enfin le système percutant situé à la base de la fusée comportait une masselotte porte-amorce mobile (bloquée au repos par la tige de calage commandée par le système concutant), et un rugueux fixe protégé par un ressort de sécurité.

Pour assurer le fonctionnement explosif, la KZ 11 était associée avec un détonateur de 23 gr d'acide picrique.

Elle équipait les obus universels des
  • canons de campagne de 7.7cm FK 96 n/A
Cette importante sophistication avait un coût : il s'agissait d'une des fusées les plus complexes du moment, avec près de 105 pièces élémentaires. L'obus universel étant rapidement abandonné, de nouvelles versions adaptées aux obus plus conventionnels, explosifs ou à gaz, en emploi conventionnel ou anti-aérien, furent ensuite introduites :
  • KZ 11 Gr dédiée aux obus explosifs et à gaz des canons de campagne de 7.7cm FK96 nA et 7.7cm FK 16, et donc sans robinet de réglage ni évents de base. Graduée de 0 à 50 hectomètres et parfois marquée KZ 11 Gr kB. Elle possédait une coiffe légèrement plus pointue
  • KZ 11 Gr lB, identique à la précédente mais avec des graduations étendues de 0 à 72 hectomètres ('lange Brennlänge')
  • KZ 11 Gr nur Bz dépourvue de système percutant ('nur Brennzünder') pour usage en tir anti-aérien avec les canons de campagne de 7.7cm FK 96 nA
  • KZ 11 Gr lB o Az dépourvue de système percutant et graduée de 3 à 30 secondes pour emploi avec les canons de 7.62 com Russes en anti-aérien


Fusée KZ 11.
Fusée KZ 11. Bel exemplaire quasi-intact
Fusée KZ 11. Autre vue du même modèle
Fusée KZ 11. Zoom sur les graduations du correcteur
Fusée KZ 11. Zoom sur le sélecteur de flamme : 'S' Shrapnell pour détonation de la charge arrière, 'G' Granate pour la détonation de la charge centrale
Fusée KZ 11. Les exemplaires trouvés de nos jours sur les champs de bataille sont le plus souvent fort abimés
Fusée KZ 11. Modèle fort abimé trouvé à Verdun
Fusée KZ 11. Schéma d'époque
Fusée KZ 11. Superbe exemplaire avec la charge relais. Les graduations du correcteur ont disparu. Photos par Luc MALCHAIR
Fusée KZ 11. Vue de la base de la fusée. Photos par Luc MALCHAIR
Fusée KZ 11. Modèle démantelé, vu du dessus. Collection Luc MALCHAIR



Retour en haut de page

Fusée LKZ 11 Gr
Fusée-détonateur longue à double effet percutante et fusante de 55 mm, sans retard, Modèle 1911

Vue de l'extérieur, la fusée LKZ 11 Gr semble une simple amélioration aérodynamique de la fusée KZ 11 Gr (version de la KZ 11 dédiée aux obus explosifs et dont la flamme des systèmes fusants ou percutants va directement mettre le feu au détonateur), avec une coiffe plus ogivale lui permettant d'être montée avec les obus allongés. Cette fusée diffère pourtant de cette dernière par plusieurs améliorations notables.

Les systèmes concutants et fusants restaient identiques à ceux de la KZ 11 Gr. Dans le modèle original, le disque mobile supérieur était gradué de 4 à 72 hectomètres. Comme la KZ 11, elle était constituée d'acier et d'aluminium, avec parfois emploi de laiton pour le corps, et alliage de zinc pour la coiffe ogivale.

Le dispositif de sécurité par tige de calage et ressort de sûreté du système percutant avait été remplacé par un dispositif centifuge avec deux goupilles à ressort bloquant la masselotte mobile porte-amorce et ne s'écartant que sous l'action de la rotation de l'obus.

De plus, le détonateur était équipé d'un dispositif d'armement par verrou centrifuge, ne permettant à la flamme de l'amorce du système percutant ou celle du plateau inférieur du système fusant de communiquer avec la charge du le détonateur qu'après qu'un verrou obturateur mobile ait pivoté sous l'action de la force centrifuge.

Munie d'un détonateur de 23 gr d'acide picrique, la fusée LK Z 11 Gr équipait les projectiles explosifs des
  • canons de 7.7cm FK 96 n/A et de 7.7cm FK 16

Une autre version est aussi connue :
  • LKZ 11 Gr kB, graduée de 0 à 50 hectomètres (Kurze Brennlänge - longueur fusante réduite).

Fusée LKZ 11 Gr.
Fusée LKZ 11 Gr. Exemplaire en bon état trouvé à Massiges et ayant fonctionné en percutant (trait positionné sur la croix). Version tardive graduée jusque 50.
Fusée LKZ 11 Gr. Vue de coté avec gorge pour serrage par clé sur l'obus
Fusée LKZ 11 Gr. Zoom sur les traces de marquage visibles sur la coiffe en alliage de zinc 'LKZ 11 Gr Zp'
Fusée LKZ 11 Gr. Zoom sur les deux évents du système fusant et sur le marquage 'kB' qui confirme qu'il s'agit d'une version tradive à temps de combustion écourté ('kurze Brennlänge')
Fusée LKZ 11 Gr. Vue du dessous. On distingue plusieurs dispositifs, la plaque en laiton semble être la base du dispositif percutant.
Fusée LKZ 11 Gr. Schéma d'époque
Fusée LKZ 11 Gr. Modèle plus abimé trouvé à Massiges. C'est encore une version tardive 'kB' graduée jusque 50. Marquages 'LKZ 11 Gr DpZ1(?)'
Fusée LKZ 11 Gr. Reproduction 3D signée Pascal Casanova. Il s'agit du modèle initial, gradué jusque 72. (voir la section Fusées 3D de ce site pour d'autres de ses remarquables réalisations)
Fusée LKZ 11 Gr. Coupe au niveau du premier disque



Retour en haut de page


Fusée Dopp Z 15
Fusée-détonateur à triple effet de 45 mm, fusante et percutante avec et sans retard, Modèle 1915

En 1915 apparaît une fusée à trible effet pour les obus explosifs de l'artillerie lourde, la Dopp Z 15. Son système concutant était du style classique masselotte porte-amorce centrale, rugeux protégé par ressort-tulipe et grain de poudre de calage des systèmes percutants, de principe inspiré de celui de la fusée 'Dopp Z 92', et sécurisé par une goupille de sécurité à deux branches.

Son appareil fusant à deux plateaux communiquait la flamme à l'amorce du détonateur. Le plateau inférieur mobile était gradué de 2 à 41 secondes. Ses mouvements étaient bloqués au moment du tir par un pointeau activé par l'inertie du départ de l'obus.

Le système percutant était composé de deux appareils, l'un avec retard et l'autre sans. L'appareil avec retard, axial, était sécurisé par un système centrifuge dont les mouvements étaient rendus possibles par combustion d'un grain de poudre déclenchée par le système concutant. L'appareil avec retard était désaxé et bloqué par un système mécanique de tige à crémaillère commandé par une goupille située en tête de fusée. Placée sur la position 'm.V.', celle-ci désactivait l'appareil parcutant sans retard, et la fusée fonctionnait donc avec retard. Placé sur la position 'o.V.', les deux systèmes étaient actifs, et le système déclenchait donc sans retard.

Le gros détonateur de 90 g d'acide picrique était muni d'une sécurité identique à celle de la fusée Gr Z 04 avec chambre de détente (10 g d'acide picrique dans le relais mobile).

La fusée Dopp Z 15 équipait principalement les obus explosifs, de réglage ou fumigènes des :
  • Canons de 10cm K, 10cm K 04 et 10cm K 14.
  • Canons de 13cm K 09
  • Canons de lg. 15cm K
  • Obusiers lourds de campagne de 15cm sFH, 15cm sFH 02, 15cm sFH 13, et 15cm sFH 13/17
La fusée Dopp Z 15 possédait un corps en laiton et un bouchon de tête en acier, et une ogive supérieur en laiton, acier ou alliage de zinc.

Certains exemplaires étaient marqués 'Dopp Z 15 umg.' ('umg. = umgeändert - transformée), sans que la raison soit connue.


Fusée Dopp Z 15.
Fusée Dopp Z 15. Corps en laiton, gaine et bouchon de tête en acier. Inscriptions : 'Dopp Z 15 - u.m.g. - m.V. - o.V.'. Observé dans la Somme
Fusée Dopp Z 15. Autre vue, graduations jusque 41 secondes
Fusée Dopp Z 15. Vue du dessus
Fusée Dopp Z 15. Vue d'arrière montrant les 4 orifices, ceux des deux systèmes percutants, celui du piston du système d'armement, et celui du détonateur
Fusée Dopp Z 15. Autre exemplaire fort abimé, trouvé à Ypres, gaine entièrement en laiton. Inscriptions : 'Dopp Z 15 - u.m.g. - o - P17 - o.V. - m.V. - 229'
Fusée Dopp Z 15. Un autre exemplaire entièrement en laiton observé en Champagne. Marquages 'Dopp Z 15 - u.m.g. - o - P17 - o.V. - m.V. - 187'.
Fusée Dopp Z 15. Zoom sur le sélectionneur de retard : o.V. = sans retard; m.V. = avec retard
Fusée Dopp Z 15. Schéma d'époque



Retour en haut de page


Fusée Dopp Z S/43
Fusée-détonateur à double effet de 50 mm, fusante de 43 secondes et percutante

Quoiqu'utilisant majoritairement des obus explosifs armés de fusées percutantes pour ses missions de combat, la Marine Allemande était également amenée à à s'équiper de munitions anti-personnel pour combattre les équipages des ponts des navires ennemis ou des cibles terrestres, ou pour des tirs anti-aériens. Elle développa ainsi dans ses arsenaux des fusées fusantes spécialement conçues pour les tirs des canons de la Marine, à longue portée et forte accélération initiale.

C'est dans ce contexte que fut créée la fusée fusante Dopp Z S/43 ('S/43' pour '43 sekunden'). De conception soignée, et de dimensions modestes, elle résistait aux violentes accélérations initiales des longs tubes de la Marine, et possédait un temps de combustion remarquablement long grrâce à l'emploi d'une composition fusante lente.

Le système concutant de cette fusée était logé dans la tête ogivale, et était composé d'une masselotte porte amorce mobile s'affaissant vers l'arrière sous l'effet du choc de départ et venant ainsi heurter un rugueux fixe. La sécurité de ce systême concutant était assurée par un ressort retenant la masselotte par le dessus, une fine plaque de déformation en métal mou la retennt par le bas, et dans certains modèles une goupille de sécurité la traversant.

L'ignition du système concutant transmettait la flamme au départ de la piste fusante (au travers d'un canal latéral muni d'un léger retard pour assurer la sécurité de bouche), et à un grain de poudre comprimée situé sous le rugueux concutant et servant de sécurité au système percutant.

Le système fusant était constitué de deux plateaux, le supérieur fixe et l'inférieur mobile gradué de 1 à 43 secondes par pas de cinquièmes de seconde. Le système percutant était de type rugueux fixe sur pont transversal et porte-amorce mobile dont les mouvements étaient empéchés au repos par une cale en poudre comprimée. Il ne possédait pas de ressort de sûreté intercalé entre le rugueux et la masselotte. A la fin du temps de combustion sélectionné et/ou au fonctionnement du système percutant, le feu était communiqué à une chambre à poudre située à la base de la fusée déclenchnt l'explosion de l'obus. Avec des obus explosifs cette fusée était utilisée avec une gaine détonateur Mle 1898 'Gr. Zdlg C/98 m. 0.05 Sek. Verz.'.

Les fusées fusantes de la Marine furent également employées avec les munitions des tubes de la Marine ré-employés pendant la guerre par l'armée de terre, et par la flak. Elles conservèrent toutefois le diamètre de filetage de 50mm typique de la Marine.

La fusée Dopp Z S/43 équipait principalement les obus explosifs (ou à balles) des :
  • Canons de 10.5cm S.K. L/35
  • Mortiers de côte de 12.5cm Mrs L/6.3
  • Canons lourds de 15cm K L/30
  • Canons lourds de 15cm S.K. L/40
  • Canons anti-aériens de 8.8cm flak et 10.5cm flak
Quelques variantes sont connues :
  • le modèle 'Dopp Z S/43' sans goupille de sécurité
  • le modèle 'Dopp Z S/43 m. Vorst.' avec goupille de sécurité à branche unique
  • le modèle 'Dopp Z S/43 Sp.' ('Spitze') à ogive de tête allongée
  • le modèle 'Dopp Z S/43 o. Az.' purement fusante sans système percutant, destinée à la flak
Des variantes de forme existent pour le plateau de serrage entre la tête ogivale et le plateau fusant fixe. Dans certains modèles cet écrou plat est cylindrique, ce qui crée une gorge sous la tête. Dans d'autres il est tronconique et conserve à la fusée un profil parfaitement ogival. Les modèles intitiaux étaient réalisés entièrement en laiton. L'économie de guerre entraîna l'utilisation d'acier pour la tête et le plateau-écrou.


Fusée Dopp Z S/43. Ce modèle utilise l'acier comme matériau pour la tête et le disque intermédiaire, et la version tronconique de ce dernier qui conserve à la fusée son profil ogival.
Fusée Dopp Z S/43. Vue du dessus, la coiffe en cier corrodée ne montre plus de marquage, mais on voit bien les deux encoches destinées à faciliter le vissage de la fusée dans l'obus.
Fusée Dopp Z S/43. Vue des graduations de 1 à 43, de l'encoche inférieure de sélection pointant sur le symbôle en croix pour un fonctionnement percutant, et des divers évents d'échappement des gaz de combustion
Fusée Dopp Z S/43. Vue arrière sur la chambre à poudre vide et le porte-amorce du système percutant
Fusée Dopp Z S/43 m. Vorst. Schéma d'époque de la version avec goupille



Retour en haut de page


Fusées de culot


Fusée Bd Z 06
Fusée-détonateur percutante de culot de 51.5 mm, à double effet avec retard et sans retard, modèle 1906

La fusée Bd Z 06 'Boden Zunder' - 'fusée de culot' était un dispositif vissé au culot des obus explosifs lourds, dont l'ogive était pleine et massive de telle sorte à renforcer le pouvoir de pénétration du projectile.

Entièrement faite de laiton, cette fusée possédait deux systêmes percutants alignés verticalement dans le même canal axial : Depuis la queue de la fusée à sa base, cette chaîne pyrotechnique se composait :
  • d'un rugueux pour le systême percutant retardé, fixé au fond de la queue de la fusée
  • d'une masselotte porte-amorce mobile équipée d'une amorce à chaque extrémité, celle en face du rugueux fixe étant l'amorce du systême percutant retardé, et celle du côté opposé étant l'amorce du systême percutant non retardé.
  • d'un retard par grain de poudre situé dans un canal de communication situé dans le porte-amorce mobile, reliant l'amorce du systême percutant retardé au détonateur
  • d'un petit détonateur situé dans la masselotte porte amorce mobile sous l'amorce du systême percutant non retardé
  • d'une masselotte mobile portant le rugueux du syst^me percutant non retardé.
Le systême concutant était commun aux deux masselottes (la masselotte porte-amorces et la masselotte porte-rugueux), bloquées au repos par le même verrou à ressort comprimé calé par grain de poudre. Ce grain de poudre était enflammé par une amorce frappée par un rugueux au moment du tir sous la déformation d'un diaphragme situé dans la base de la fusée, sous l'action de la pression des gaz dans le tube.

Un évent pour l'évacuation des gaz de tous les appareil pyrotechniques internes était également pratiqué à la base de la fusée, obturé au repos par un grain de poudre comprimée enflammé par les gaz chaud du départ du coup dans le tube.

Pour un fonctionnement non-retardé, les movements de la masselote porte-rugueux du systême non retardé étaient libérés en positionnant le robinet de réglage de la base de la fusée sur la position 'o/V' (permettant à la flamme du concuteur à diaphragme de consumer un grain de poudre calant un verrou). A l'arrivée sur la cible, le systême percutant supérieur (retardé) fonctionnait en projetant la masselotte porte-amorce mobile sur le rugueux fixe, et en même temps la masselotte porte-rugueux du systême percutant inférieur (non retardé) était projetée vers l'avant pour heurter l'amorce de la masselotte. C'est donc ce systême non retardé qui faisait instantanément exploser le détonateur.

Pour un fonctionnement retardé, les mouvements de la masselotte porte-rugueux du systême non retardé étaient empéchés en positionnant le robinet de réglage des retards sur la position 'm/V' (ne permettant pas au grain de poudre du verrou de calage de brûler). A l'arrivée sur la cible, seul le systême percutant supérieur (retardé) fonctionnait en projetant la masselotte porte-amorce contre le rugueux fixe. La flamme était communiquée au détonateur via le canal central après avoir consumé la composition du retard, ce qui prenait 0.3 secondes.

Cette fusée possédait également un système de sécurité du détonateur. En effet, le détonateur situé dans la masselotte mobile porte-amorces était logé au repos dans une chambre de détonation isolée, ne communicant pas avec l'extérieur. Au contraire, lorsque la masselotte porte-amorces mobile était projetée en avant, ce mouvement venait placer le détonateur en face de fenêtres communicant anec la gaine-relais (de charge inconnue) dans laquelle la queue de la fusée était insérée.

La fusée Bd Z 06 était montée sur les obus explosifs des :
  • canons de 13cm K 09
  • canons sur affût de côte Mle 1907 15 cm K.I.Kst L 07
  • mortiers de 21cm Br Mrs (bronze) et 21cm Mrs (M1902)
  • mortiers de côte de 28cm Kst.I.Kst.H.L


Fusée BdZ06
Fusée BdZ06. Vue de dessus, quelques fissures résultant de l'explosion.
Fusée BdZ06. La partie portant l'amorce a été sciée. Les 6 trous dans le disque latéral permettaient aux gaz de combustion du départ de déformer un diaphragme qui projetait un rugueux contre une petite amorce, mettant le feu à un grain de poudre permettant d'armer les systêmes percutants.
Fusées BdZ06.
Marquage de celle de gauche : 'Bd.Z.06 - Sp.10 - C5671 - M/V 0,3'' - o/V.
Marquages de celle de droite : 'Bd.Z.06 - Sp.10 - B9171 - M/V 0,3'' - o/V.
Fusée BdZ06. Le trait de scie laisse apparaître le percuteur central au milieu.
Fusée BdZ06 Sp10. Plan d'époque. Voir les deux percuteurs alignés dans l'axe.
Fusée BdZ06 Sp10. Plan d'époque
Fusée BdZ06 Sp10. Les deux trous dans le filetage donnent accès aux verrous à grain de poudre bloquant les percuteurs.
La queue de ce second exemplaire a été arrachée par l'esplosion, on devibe la tige creuse de la masselotte mobile porte-amorce.



Retour en haut de page

Fusée Bd Z 10
Fusée-détonateur percutante de culot de 40 mm, à triple effet avec simple retard, double retard et sans retard, modèle 1910

Bien qu'extérieurement très ressemblante à la fusée Bd Z 06 de 1906, la fusée Bd Z 10 de 1910 consistait en une refonte complète des organes internes. Dans la nouvelle fusée, le double systême percutant complexe avait été remplacé par un système unique non retardé, relié au détonateur par trois canaux sélectionnables, pour un fonctionnement avec long retard, court retard, ou sans retard.

Le gros système percutant, parallèle à l'axe de la fusée, possédait un rugueux fixé à la base de la queue de la fusée, et une masselotte porte-amorce mobile et massive, dont les mouvements en avant étaient facilités par la présence de 8 billes d'acier autour d'une tige prolongeant l'arrière de la masselotte. Ce systême percutant était sécurisé au repos par un verrou latéral à ressort comprimé, bloqué par un grain de poudre noire. at was secured at rest by a compressed spring lateral bolt hold by a gunpowder pellet. Ce systême d'armement était semblable à celui de la fusée Bd Z 06, activé par la pression des gazs dans le tube du canon communiquée au travers de 6 trous pratiqués à la base de la fusée à un diaphragme dont la déformation projetait un petit rugueux sur une amorce.

Tout comme la Bd Z 06 également, un évent pour l'évacuation des gaz de tous les appareil pyrotechniques internes était pratiqué à la base de la fusée, obturé au repos par un grain de poudre comprimée enflammé par les gaz chaud du départ du coup dans le tube.

La flamme du systême percutant était transférée au détonateur via trois canaux, un canal muni d'un log délai et toujours ouvert, un canal à petit retard et un canal sans retard dont l'ouverture était commandée par un robinet de sélection des retards à la base de la fusée :
  • quand il était positionné sur 'o.V.', le robinet de sélection ouvrait la voie menant au canal sans retard et fermait celle du canal à court retard. Dès lors, le canal sans retard laissait la flamme atteindre le détonateur avant qu'elle ne puisse traverser le canal à long retard, donnant lieu à une explosion non retardée.
  • quand il était positionné sur '1.V.', le robinet de sélection fermait la voie menant au canal sans retard et ouvrait celle du canal à court retard. Dès lors, le canal à court retard laissait la flamme atteindre le détonateur avant qu'elle ne puisse traverser le canal à long retard, donnant lieu à une explosion après un court retard.
  • quand il était positionné sur '2.V.', le robinet de sélection fermait à la fois la voier menant au canal sans retard et celle du canal à court retard. Dès lors, le seul chemin possible pour la flamme était celui du canal à long retard, donnant lieu à une explosion après un long retard.
Le détonateur, placé transversalement à l'axe de la fusée, possédait une sécurité propre basée sur un piston mobile obturant la communication entre la charge et une ouverture latérale dans la queue de la fusée. Ce piston était bloqué au repos par une petite bille calée par un grain de poudre dont la combustion était déclenchée par le systême d'armement à diaphragme. Un ressort comprimé poussait le piston en avant aussitôt que la bille pouvait se rétracter, amenant un chenal de communication dans l'axe entre la charge du détonateur et l'ouverture latérale.

La fusée Bd Z 10 pouvait être associée avec deux types de gaines-relais, de 100 gr ou de 25 gr d'acide picrique.

Assemblée avec une gaine de 100 gr, elle était souvent marquée lg Bd Z 10 ('lg' = 'lang', pour gaine 'longue'). La fusée était alors montée sur les obus explosifs des :
  • canons de 13cm K 09
  • canons sous affût protégé de 15cm KISL
  • canons sur affût de côte Mle 1907 15 cm K.I.Kst L 07
  • canons frettés de 21 cm RK
  • obusiers de côte en bronze de 21 cm Br Kst Mrs
  • mortiers de 21cm Br Mrs. (bronze), 21cm Mrs (M1902), 21cm Mrs (M1910) et 21cm Lg Mrs (1916)
  • obusiers de côte de 28cm Kst.I.Kst.H.L
la fusée Bd Z 10 pouvait aussi être assemblée avec une gaine plus petite de 25 gr d'acide picrique (sans aucun autre changement interne), et était dans ce cas marquée 'kz BdZ10' ('lg' = 'kurz', pour gaine 'courte'). Elle était alors utilisée avec les obus explosifs des :
  • canons de côte de 10 cm Kst K
  • canons de côte sur affûts à roues de 10 cm Kst KIRL
  • mortiers de 21cm Mrs (M1902), 21cm Mrs (M1910) et 21cm Lg Mrs (1916)
  • obusiers de côte de 28cm Kst.I.Kst.H.L
  • obusiers de côte de 30.5cm Kst.H
  • obusiers lourds de 42cm M-Gerät and 42cm Gamma-Gerät


Fusée kz BdZ10 Sp16.
Fusée kz BdZ10 Sp16. Achetée à un collectionneur. Marquages 'kzBdZ10 Sp16 - 0.7659 - (astérisque) - 0/V - 1/V - 2/V'. Réglée pour un fonctionnement sans retard.
Fusée kz BdZ10 Sp16 observée à Massiges. Marquages 'kzBdZ10 Sp15 - S.5252 - 0/V - 1/V - 2/V'. Réglée pour un fonctionnement sans retard.
Fusée kz BdZ10 Sp16. La base a disparu lors de l'explosion
Fusée kz BdZ10 Sp16. Schéma d'époque
Fusée kz BdZ10 Sp16. Schéma d'époque de la version kz
Fusée BdZ10 Sp16. Morceaux encore présents sur un culot d'obus de 210 mm observé à Verdun
Fusée BdZ10 Sp16. Détail du mécanisme interne complexe, détruit par l'explosion.



Retour en haut de page




Fusées de mortiers de tranchées


Fusée ZsWM
Fusée fusante et percutante de 77 mm, sans retard, pour bombe lourde de tranchée

L'Allemagne débute la première guerre mondiale avec dans son arsenal 115 mortiers de tranchée de 17cm et 44 de 25cm, initialement prévus pour les combats de siège des places fortes contournées par les armées d'invasion, mais vite très utiles dans la guerre de positions qui s'installe dès la fin de 1914.

Les premiers projectiles des mortiers lourds de 25cm sMW a/A seront tirés contre certains forts de la position fortifiée Belge de Liège avec des effets dévastateurs.

Les obus explosifs de ce genre d'arme nécessitaient des fusées spécifiques tenant compte de la faible vitesse initiale du projectile (inférieure à 100 m/s), et de l'incertitude des conditions de son atterissage, sur le culot, le côté ou la tête.

Réalisée en laiton et parfois avec une tête en aluminium, l'impressionante fusée 'Z.s.W.M.' - 'Zünder für Schwerer Wurf-Minen' ('Fusée pour lance-mines lourds') était dotée d'un système percutant inertiel capable de fonctionner que l'obus tombe sur la tête ou sur le culot, et d'un systême fusant destiné à faire exploser l'obus après quelques secondes si le système percutant n'avait pas fonctionné.

La fusée ZsWM possédait :
  • un système concutant en tête, avec une masselotte porte-amorce mobile et massive sécurisée par une goupille à une branche, et un rugueux fixe protégé par un ressort,
  • un système fusant à un seul plateau mobile gradué de 1 à 15 secondes (puis de 6 à 15 secondes)
  • un système percutant dans la queue, constitué de deux rugueux de direction opposée et montés sur un pont transversal fixe, et d'une masselotte cylindrique à deux amorces avec deux ressorts de sureté et sécurisée par un systême de machoires calées par un grain de poudre et s'écartant après la combustion de celui-ci.

Un capuchon en tôle protégeait le tenon et la goupille du système concutant pendant le transport. Cette fusée était associée à un petit détonateur (charge inconnue).

La lourde et probablement couteuse fusée ZsWM fut remplacée par la fusée ZsumWM à partir de 1915.

La fusée ZsWM équipait, dès 1914, les bombes explosives et bombes à gaz des :
  • Minenwerfers lourds de tranchée 25cm sWM a/A de 245mm, bombes explosives allongées, demi-bombes explosives et demi-bombes à gaz.


Fusée ZsWM
Deux fusées ZsWM observées en Champagne.
Fusée ZsWM. Observée en Champagne
Fusée ZsWM. Le disque inférieur fixe, portant le filetage, a disparu pendant l'explosion.
Fusée ZsWM. Marquages 'Z.s.W.M. - (losange) - 1913 - (losange)).
Fusée ZsWM. La partie inférieure a éclaté, montrant le double porte-amorces symétrique.
Fusée ZsWM. Marquages 'Z.s.W.M. - (losange) - 1915 - (losange)).
Fusée ZsWM. Cet exemplaire est en meilleur état et possède encore la gaine en acier de son détonateur, autour de la queue.
Fusée ZsWM. Vue du dessous
Fusée ZsWM. Schéma d'époque



Retour en haut de page

Fusées ZmWM et ZsumWM
Fusée-détonateur fusante et percutante de 58 mm, sans retard, pour bombe moyenne et lourde de tranchée

Dès 1914, les troupes de pionniers de l'Armée Allemande sont dotées de minens moyens de 175mm et lourds de 245mm. Une fusée spécifique avait été développée pour chacun de ces modèles.

La fusée 'ZmWM' - 'Zünder für mitteler Wurf-Minen' ('fusée pour lance-mines moyens') était le dispositif dédié aux mines de 17cm. Réalisée en laiton, elle était constituée :
  • d'un systême concutant en tête similaire à celui de la fusée ZsWM, avec une masselotte porte-amorce mobile et massive sécurisée par une goupille à une branche, et un rugueux fixe protégé par un ressort,
  • d'un système fusant à deux plateaux, l'inférieur étant mobile et gradué de 7 à 21 secondes.
  • d'un système percutant dans la queue similaire à celui de la fusée ZsWM, constitué de deux rugueux de direction opposée et montés sur un pont transversal fixe, et d'une masselotte cylindrique à deux amorces avec deux ressorts de sureté et sécurisée par un systême de machoires calées par un grain de poudre et s'écartant après la combustion de celui-ci.
L'appareil percutant de certains modèles pouvait être bloqué par action sur une vis portant la mention 'Vest' sur le cône inférieur, par exemple pour emploi avec des obus à gaz. La fusée pouvait être recouverte d'un capot cache-flamme en aluminium ou tôle fine pour le tir de nuit.

Après 1915, la fusée ZmWM fut adoptée pour les minens lourds en lieu et place de la lourde fusée ZsWM, et fut rebaptisée 'ZsumWM' - 'Zünder für schwerer und mitteler Wurf-Minen' ('fusée pour lance-mines lourds et moyens'). Elle était employée avec les projectiles des :
  • Minenwerfers moyens de tranchée 17cm mWM 13 ou a/A de 175mm, bombes explosives, incendiaires ou à gaz
  • Minenwerders moyens de tranchée 17cm mWM 16 ou n/A de 175mm, bombes explosives, incendiaires ou à gaz
  • Lance-bombes lisse (18cm Projector) de 180mm, bombes lisses à gaz ou à croix bleue
  • Minenwerfers lourds de tranchée 25cm sWM a/A de 245mm, bombes explosives allongées, demi-bombes explosives et demi-bombes à gaz
  • Minenwerfers lourds de tranchée 25cm sWM 16 ou n/A de 245mm, bombes explosives allongées



Fusée ZsumWM
Fusée ZsumWM observée en Champagne. Gaine relais démontée, marquages 'ZsumWM - Rh.M.F. 1917'
Fusée ZsumWM observée en Champagne. Vue sur les évents sur les graduations (croix romaine pour un fonctionnement percutant)
Fusée ZsumWM observée en Champagne, gaine relais montée et goupille de sécurité toujours en place.
Fusée ZsumWM. Réglée pour une explosion à 14.8 secondes.
Fusées ZsumWM. Deux modèles avec des matériaux différents (acier et laiton) pour la tête de l'ogive. Marquages fusée de gauche 'J 1916 J - Z.s.u.m.W.M. - 73'; fusée de droite 'Rh.M.M.1915 - P8826'
Fusée ZsumWM. Les plateaux supérieurs, en alliage d'aluminium, sont fortement corrodés. La vis de blocage du système percutant marquée 'Fest', sur la queue, n'existe que sur certains modèles. Pas de marquage visible
Fusée ZmWM. Ces modèles plus anciens étaient dédiés aux minens de moyen calibre. Marquages 'Z.m.W.M. - AEG 1915 - F1639'
Fusée ZsumWM. Zoom sur la croix de fonctionnement percutant
Fusée ZsumW achetée en brocante. Voir l'anneau avec goupille de sécurité. Marquage '... u.m.W.... - 102'
Fusée ZsumW achetée en brocante. Zoom sur le système de sécurité du système percutant par machoires
Fusée ZsumWM. Schéma d'époque
Fusée ZsumWM. Système fusant démonté



Retour en haut de page

Fusée lWMZdr
Fusée-détonateur de 49 mm à double effet, sans retard, pour bombe légère de tranchée

Fusée lWMZdr
Fusée-détonateur de 49 mm à double effet, sans retard, pour bombe légère de tranchée

Les premiers mortiers légers de 7.6cm lMW ne sont pas encore livrés aux unités de pionniers Allemands en août 1914 lorsque les combats débutent. Cette arme deviendra peu à peu très répandue, et distribuée ensuite aux unités d'infanterie.

Comme pour les minens moyens et lourds, une fusée spécifique dut être développée, toujours pour tenir compte des faibles vitesses initiales du projectile et de l'incertitude sur son orientation au moment de l'aterrissage. La nom de la fusée 'l.W.M. Zdr.' - 'Leichte Wurf-Minen Zünder' spécifie son usage exclusif avec les bombes des minenwerfers légers de 75.8 mm :
  • Mortiers légers de tranchée de 7.6cm lWM, bombes explosives ou légères à gaz
  • Mortiers légers de tranchée de 7.6cm lWM n/A (mod 1916), bombes légères à gaz
Réalisée entièrement en laiton, elle était constituée :
  • d'un systême concutant en tête similaire à celui de la fusée ZsumWM, avec une masselotte porte-amorce mobile et massive sécurisée par une goupille à une branche, et un rugueux fixe protégé par un ressort,
  • d'un système fusant à deux plateaux, l'inférieur étant mobile et gradué de 7 à 24 secondes.
  • d'un système percutant dans la queue, constitué d'un rugueux fixe sur pont transversal, et d'une masselotte porte-amorce cylindrique sans ressort de sureté mais sécurisée par un grain de poudre calant les mouvements d'une tige axiale prolongeant la masselotte, et allumé par le concuteur.
Un logement en tête de la fusée permettait de venir caler un capot pare-flamme pour les tirs de nuit. La fusée iWZdr possédait un petit détonateur en bout de queue, qui venait se loger dans la gaine-relais placée dans le projectile.


Fusée IWMZdr
Fusée IWMZdr. Trouvé en Champagne, monté sur son ogive de MinenWerfer 77 mm. Marquage 'I.W.M.Zdr - losange - 1915 - losange'.
Fusée IWMZdr. Vue du dessus avec logement pour montage du capot pare-flamme. Marquage 'I.W.M.Zdr - losange - 1915 - losange'.
Fusée IWMZdr. Voir les différents évents, et sur les graduations la croix romaine pour un fonctionnement percutant. Marquage 'I.W.M.Zdr - losange - 1915 - losange'.
Fusée IWMZdr. Cet exemplaire porte les inscriptions ''IWMZdr - (losange)1915(losange)' qui semblent indiquer qu'il a été fabriqué par la 'MaschinenFabriek' (société privée)
Fusée IWMZdr. Vue arrière montrant l'évent de communication de la flamme vers le détonateur (disparu)
Fusée IWMZdr. Schéma d'époque



Retour en haut de page

fusée lWMZdr2
Fusée-détonateur de 49 mm à double effet, sans retard, pour bombe légère de tranchée

La fusée lWMZdr2 était une légère modification de la fusée lWM Zdr, toujours réservée aux minenwerfers légers.

Les seules modifications étaient :
  • une gaine-relais vissée sur le détonateur et non plus solidaire de l'obus
  • une goupille de sûreté à deux branches pour le système concutant

Ces modifications étaient purement internes, et donc quasiment invisibles à l'extérieur de la fusée, qui ne peut être reconnue que par le marquage lWM Zdr 2 et les deux trous de la goupille de sécurité à deux branches au lieu d'un seul trou pour la goupille à une branche du modèle précédent.

Une variante est apparue en 1918 avec un tube fileté creux placé au sommet de l'ogive au lieu du logement habituel, toujours pour l'assemblage d'un capot pare-flammes. Certains modèles à partir de 1917 virent certaines pièces (dont les disques fusants) fabriqués en aluminium.


fusée IWMZdr2.
fusée IWMZdr2. Marquage 'losange - 1916 - losange'. Noter les deux trous pour insertion de la goupille de sûreté à deux branches.
fusée IWMZdr2. Marquage 'IWMZdr2 - et un signe en serpentin'. Noter la forme étrange, causée par un disque supplémentaire au milieu.
fusée IWMZdr2. Détail de la pièce démontée. La couleur bleue à l'intérieur est un indice montrant que cette fusée a été modifiée en encrier, ce qui pourrait expliquer sa forme étrange.
2 fusées IWMZdr2 à droite d'une fusée IWMZdr. Pas de différences d'aspect externe. Marquages identiques pour les deux fusées de droite : 'Serpentin - L.W.M.Zdr.2 - losange dans cercle - 1916 - losange dans cercle'
fusée IWMZdr2. Vue du dessous montrant comment les parties inférieures de cette pièce ont été sciées
fusée IWMZdr2. Schéma d'époque
fusée IWMZdr2. La variante 1918 avec le tube fileté au sommet du cône. Photos par Luc MALCHAIR
fusée IWMZdr2. Schéma d'époque de la variante 1918
fusée IWMZdr2. Variante 1918, tête démontée pour accès à la chambre du système percutant. Photos par Luc MALCHAIR
fusée IWMZdr2. Variante 1918, vue arrière. Photos par Luc MALCHAIR



Retour en haut de page